DOCUMENTS EXCLUSIFS – Les Surprenantes Affaires Internationales de Kheir Allab et de la Société SENTRAX – 1ère Partie

0
598

China Communications Construction Company, Ltd. (CCCC) est une société d’ingénierie et de construction multinationale cotée en bourse et détenue en majorité par l’État chinois.

CCCC est principalement engagée dans la conception, la construction et l’exploitation d’actifs d’infrastructure, y compris des autoroutes, des ponts, des tunnels, des chemins de fer, métros, aéroports, plates-formes pétrolières et ports maritimes.

L’une des filiales de la société CCCC, présente en Algérie est la China Harbour Engineering Company, qui faisait par ailleurs l’objet d’une enquête au Bangladesh et aux Philippines en 2018 et 2020, respectivement, pour corruption présumée.

En Algérie, CCCC est présente dans de nombreux projets tels le port de Cherchell ou encore le projet de rénovation du port pétrolier de Skikda.

Dans un rapport annuel daté de 2022 sur la notation de suivi des dettes rattachées au groupe, on retrouve le nom de plusieurs algériens en litige avec la société chinoise.

Il s’agit de Allab Kheir, Zaouche Zoubir, Tebbakh Fateh, Allab Mohamed, Saidani Laid.

Tebbakh Fateh est un citoyen algérien résident qui était employé en qualité d’Ingénieur Conseil pour le compte de la SPA CCCC Algérie, aux Annassers à Kouba.

Zaouche Zoubir est un Ingénieur en Travaux Publics et Commercial associé au sein de la société CCCC Algérie.

Allab Kheir, né le 15 novembre 1965 à Bordj Ghedir en Algérie, est un homme d’affaires, anciennement propriétaire, avec sa fratrie, de la société Sentrax, distributeur de produits SAMSUNG en Algérie.

Le rapport en question indique que le Bureau CCCC Algérie, et China Harbour (siège social) reconnait un litige ou contentieux avec les sus nommés, concernant un dossier d’arpentage et de conception d’autoroutes pour un montant de 530,723,000 RMB, soit 79,9 Millions d’USD !

Kheir Allab et Sentrax ne sont pas à leur premier conflit avec des sociétés étrangères qu’ils aideraient à décrocher des marchés publics en Algérie.

En 2009, Sentrax, société unipersonnelle avait assigné la société Siemens Transportation Systems devant le tribunal de commerce de Bobigny, en France, pour demander une condamnation à verser la somme de 4,94 Millions d’euros augmentée des intérêts à taux légal depuis le 29 septembre 2008…

Devant le tribunal commercial de Bobigny en 2010 et en 2011, puis devant la cour d’Appel de Paris en 2013, la société de droit algérien Sentrax indiquait avoir agi comme agent au profit de la société Siemens pour lui permettre l’obtention du marché du métro d’Alger.

Pour rappel, ce marché avait été attribué provisoirement, le 4 octobre 2005, au groupement que Siemens avait constitué avec la société Vinci, le marché définitif, obtenu le 24 Janvier 2006, n’a été obtenu qu’à la suite de la disqualification du groupement mené par la société Alstom, en raison de la non-conformité technique de son offre.

Sentrax affirmait ne pas avoir été rétribué pour son intervention, contrairement à ce qui aurait été convenu, la société Siemens, affirmant de son côté ne jamais avoir recours à des intermédiaires et ne devoir, par conséquent, aucune commission.

       

Les 4,94 Millions d’euros correspondraient donc à la rémunération de l’agent à hauteur de 1,3 % du montant du marché du métro d’Alger qui s’est élevé à 33.522.800.582,99 dinars algériens !

Or la société unipersonnelle Sentrax n’a été immatriculée que le 16 octobre 2006, et n’existait donc pas lors de l’attribution du marché du métro d’Alger en janvier 2006 !

La Cour d’Appel de Paris a finalement condamné, le 4 Juillet 2013, la société Sentrax à verser à la société Siemens SAS conjointement avec un autre partenaire, la somme de 30.000 euros à titre de dommages et intérêts pour procédure abusive, ainsi que la somme de 172.130 euros au titre de l’article 700 du Code de procédure civile.

Algérie Part publiera dans la deuxième partie les autres tenants et aboutissants de ce dossier qui implique l’un des businessmans les plus discrets et influents à la fois en Algérie.