Documents Exclusifs – Issad Rebrab Prend sa Retraite en Algérie, Mais les Affaires Continuent pour ses Enfants à l’Etranger !

0
578

Issad Rebrab a pris sa retraite et a décidé de confier la gestion du Groupe Cevital à son fils Malik. Ce départ, officiellement attribué à l’âge avancé du Tycoon algérien, a fort probablement été influencé par les déboires de l’oligarque avec la Justice du Pays, et certainement par ses nombreux échecs à concrétiser certains projets durant ces dernières années.

Auteur : [email protected]

L’aciérie de Piombino en Italie, le projet de trituration en Algérie, la lignes de chemin de fer africaine, le projet d’eau pure, autant de revers qui ont terni l’image de l’entrepreneur vieillissant, qui a en plus du subir une condamnation et une incarcération à la prison d’El Harrache.

Ce sont donc à ses enfants Omar, Lynda, Salim, Yassine, menés par Malik Rebrab, que reviendra le soin de mettre de l’ordre dans les affaires de Cevital et de se conformer un peu plus à la loi et règlements algériens, du fait que le centre de leurs intérêts économiques se trouve essentiellement en Algérie.

La fratrie aura donc à rendre plus transparentes les opérations menées par Cevital à l’étranger, les sociétés de productions industrielles, les opérations de transport de marchandises ou de trading de matières premières effectuées avec des pays étrangers.

Le clan des Rebrab devra impérativement et étroitement collaborer avec les autorités fiscales et la banque d’Algérie et déclarer toutes transactions entreprises à l’étranger et s’acquitter, comme tout contribuable algérien, de ses impôts.

Salim et Lynda Rebrab ont crée en Avril 2022 une nouvelle société en France.

 

Cette société, dénommée SALY, a pour objet la négociation de produits alimentaires, le reconditionnement de produits alimentaires, la vente de produits orientaux et extrême-orientaux pour l’alimentation, ainsi que la vente d’articles de bazar et annexes…

Notons qu’ils ne se sont pas trop cassé la tête en choisissant les deux premières lettres de leurs prénoms pour former le nom de la Société, ni à faire acte de présence pour sa constitution, puisqu’ils ont donné procuration à leur Notaire pour ce faire. Mais là n’est pas l’essentiel.

La Société par Actions Simplifiée (SAS) SALY, dotée d’un capital de 37000 Euros, est détenue à parts égales par Salim, qui en est le Directeur Général, et Lynda qui en est la Présidente.

Ils ont chacun déposé, le 14 Avril 2022, la somme de 18.500 euros en numéraire sur le compte du notaire de la Famille Rebrab qui se trouve à Aix en Provence.

Nés tous les deux à El Harrach en Algérie, Salim et Lynda déclarent sur les documents officiels de la société être de nationalité française, ne pas être résident en France au sens de la réglementation fiscale française, et demeurer en Angleterre pour le premier, en Algérie pour la deuxième.

Lynda Rebrab devrait donc s’acquitter de ses taxes en Algérie, son pays de résidence fiscale.

Pour Salim, qui est marié à Pui Yan Leung depuis 2007 en France et qui déclare demeurer à Londres, devrait-il s’acquitter de ses obligations fiscales au Royaume-Uni ou en Algérie ?

Nous avons posé ces questions à l’administration fiscale algérienne, aucune réponse ne nous est parvenue à l’heure où nous publions notre article.

Nous avons également tenté, en vain, de joindre Salim et Lynda pour leur poser la même question, et savoir si sous la nouvelle ère de Cevital, ils comptaient se conformer à leurs obligations fiscales en Algérie, comme tout contribuable algérien.

Si tel n’est pas le cas, les récents déboires du Groupe familial avec l’Administration fiscale risquent de perdurer encore un long moment. Sauf si certains citoyens sont au-dessus de la loi !

Crédit Photo Ryad Kramdi