Documents exclusifs. Abdelmalek Sahraoui, les secrets de l’immense fortune du dernier des oligarques corrompus en Algérie

13
2296

Abdelmalek Sahraoui est le dernier des oligarques corrompus encore en liberté en Algérie. C’est, effectivement, le seul des oligarques de l’ère Bouteflika qui a échappé à la purge menée par la Justice algérienne à la suite du Hirak du 22 février et de la chute du clan présidentiel de la famille Bouteflika. Parmi les plus généreux bailleurs de fonds du 4e mandat et 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika, comme il a été prouvé et démontré par les investigations d’Algérie Part, Abdelmalek Sahraoui a profité des largesses du système Bouteflika pour bâtir une fortune et un immense patrimoine financier dont les actifs dépassent aujourd’hui en valeur le 1 milliard de dollars. 

Après la déchéance d’Ali Haddad, Mahieddine Tahkout, les frères Oulmi, les frères Benamor ou les frères Kouninef, Abdelmalek Sahraoui est devenu depuis 2020 la deuxième fortune du pays derrière le richissime Issad Rebrab. Mais si ce dernier n’a pas échappé aux déboires judiciaires en 2019, Abdelmalek Sahraoui, grâce à son immunité parlementaire et ses connexions avec de nombreux clans puissants au sein de l’institution militaire algérienne, est demeurée intouchable.

A la suite de la dissolution algérien du Parlement algérien prononcée par Abdelmadjid Tebboune le 21 février dernier, comme tous les autres députés algériens, Abdelmalek Sahraoui a perdu son immunité parlementaire. Mais ce dernier ne désespère pas et il prépare d’ores et déjà sa course électorale dans l’espoir de redevenir député lors des prochaines élections législatives anticipées du 12 juin prochain, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. Oui, la deuxième fortune du pays veut s’offrir une nouvelle fois l’immunité parlementaire alors que le Président Tebboune avait promis de rompre définitivement avec les liaisons dangereuses entre l’argent et la politique.

Convoqué la semaine passée par un juge d’instruction près le tribunal de Chéraga, le milliardaire Abdelmalek Sahraoui est cité dans de nombreux scandaleux de corruption impliquant de hauts responsables comme l’ancien patron de la gendarmerie nationale, le général-major Abderrahmane Arrar, limogé de son poste au début du mois d’août 2020, ou l’ex-Commandant régional de la Gendarmerie nationale d’Oran, le général Mohamed Triki, qui croupit depuis plusieurs jours à la prison militaire de Blida. Dans toutes les affaires occultes de ces généraux corrompus, nous retrouvons l’implication controversée d’Abdelmalek Sahraoui, l’ex-député FLN de la wilaya de Mascara. Plusieurs rapports des enquêteurs de la gendarmerie nationale sont accablants à son encontre. Mais ses connexions au sein du ministère de la Justice ont tout fait pour lui permettre de jouir jusqu’au bout de son immunité parlementaire alors que d’autres membres du clan Bouteflika ont été rapidement déchus et jugés, voire emprisonnés.

Depuis le début de ce mois de mars, Abdebelmalek Sahraoui s’est engagé dans une véritable course contre la montre pour espérer reconquérir une place au sein du futur Parlement souhaité par Abdelmadjid Tebboune. Il faut dire que sans une nouvelle immunité parlementaire, le sulfureux Abdelmalek Sahraoui ira certainement en prison.

Et pour cause, toute son immense fortune, la deuxième du pays en ce moment, repose sur des pratiques de fraude et d’évasion fiscale. Prenons encore des exemples concrets.

Nous avons constaté au cours de nos investigations des documents exclusifs qui dévoilent l’ampleur des irrégularités financières que développement Abdelmalek Sahraoui au sein de son empire composée par plus de 84 entreprises dans lesquelles il est associé directement ou indirectement à travers ses frères.

Au cours de l’exercice financier 2014 de la SPA PROGAZ DJAZAIR, l’une des 84 entreprises entreprises utilisées par le milliardaire Abdelmalek Sahraoui dans ses affaires qui couvrent plusieurs secteurs comme la commercialisation des carburants, l’agriculture ou l’immobilier, des montages financiers totalement opaques et illégaux ayant permis de dissimuler des sommes colossales aux services des impôts algériens. Le rapport confidentiel du commissaire aux comptes qui a permis d’auditer les comptes sociaux de cette société appartenant à l’oligarque Abdelmalek Sahraoui a révélé que les gérants de la société ont recouru excessivement à des opérations intra-groupe, à savoir des facturations et des transferts financiers entre les différentes entreprises du groupe Promo Invest d’Abdelmalek Sahraoui et ses frères à l’image de Petroser, Poly Trav ou Taqa, etc.

Plusieurs autres graves irrégularités ont été constatées par l’auditeur, mais qui n’ont éveillé aucune curiosité au sein du fisc algérien ou des enquêteurs des services de sécurité. Par exemple, aucune trace de l’existence des différents livres légaux et obligatoires de l’entreprise n’a été retrouvée. Et pourtant, ces documents sont prévus par les articles 9 et 11 du code de commerce et l’article 20 de la loi 07-11 portant système comptable financier, notamment le journal général, le livre d’inventaire, et le grand livre ainsi que les livres du personnel prévus par l’article 02 du décret exécutif n° 96-98 du 06/03/1996.

Des documents comptables aussi précieux ont disparu et il a été impossible de contrôler ainsi la gestion financière interne de l’entreprise ce qui laisse la porte ouverte à toutes les opérations illicites sur le plan fiscal.

L’auditeur a remarqué également l’absence pure et simple de plusieurs conventions qui déterminent la relation de travail entre la société d’Abdelmalek Sahraoui et ses administrateurs. Et pourtant, les dispositions de l’article 25 de la loi n° 10- 01 du 29 juin 2010, relative aux professions d’expert comptable, commissaire aux comptes et comptable agréé et aux termes de l’article 628 du décret législatif N°93/08 du 25 Avril 1993, modifiant et complétant l’ordonnance N°75/59 du 26/09/1975 portant Code du Commerce qui stipule : « Toute convention entre une société et l »un de ses administrateurs, soit directement, sojt indirectement, doit à peine de nullité, être soumise à autorisation préalable du Conseil d’Administration après rapport du Commissaire aux Comptes ».

Aucune convention ni des contrats liant les entreprises d’Abdelmalek Sahraoui n’ont été trouvés ce qui libre court à des facturation suspectes à des montants colossaux sans préciser le lien commercial entre les fournisseurs ou les clients. La loi algérienne oblige, pourtant, que les activités des administrateurs de la société est propriétaire associé ou non, gérant, administrateur ou directeur de l’entreprise soit déclarées et précisées dans des conventions écrites noir sur blanc.

Ces irrégularités ont été reproduites au sein de la SPA PROGAZ DJAZAIR depuis plusieurs années. Preuve en, en 2013, un autre audit réalisé sur les procédures de contrôle interne a permis de dévoiler que l’organisation de l’entreprise en matière administrative et comptable est très déficiente et douteuse. Les règles techniques de l’imputation comptable ne sont pas respectées ce qui soulève de nombreuses interrogations sur la gestion malsaine des finances de l’entreprise. Il faut savoir à ce propos que l’imputation comptable est une technique qui consiste à attribuer un compte à une opération selon la nomenclature appropriée. Il s’agit plus précisément d’affecter un ou plusieurs comptes du plan comptable dont relève l’entreprise (plan comptable général ou plans comptables spécifiques). Si les règles ne sont pas respectées, cela permet une dissimulation de l’argent qui doit être prélevé par le fisc algérien.

Des manquements inquiétants ont été constatés aussi dans l’archivage des pièces et documents comptables alors que la loi algérienne insiste sur l’importance de respecter les conditions satisfaisantes de sécurité et de préservation de ces documents pour se conformer aux normes ou exigences du contrôle fiscal.

Toutes ces anomalies relèvent d’une seule entreprise. Imaginez l’ampleur de la fraude fiscale au niveau des 84 entreprises de tout l’empire d’Abdelmalek Sahraoui ? Un seul exemple éloquent : un autre audit menée au sein d’une entreprise de ce milliardaire originaire de Mascara, à savoir la SPA AMAIS Algérie, a dévoilé l’inexistence de la moindre  trace écrite de plusieurs opérations ou transactions financières ayant été effectuées par les gérants et associés d’Abdelmalek Sahraoui. Il ne s’agit-là que d’un exemple parmi tant d’autres des pratiques frauduleuses de ce milliardaire qui avait joui de l’immunité parlementaire depuis 2017.

A la fin du rapport d’audit effectué sur les comptes et gestion de la SPA AMAIS Algérie, l’auditeur avait pris le soin de signaler que « nous avons constaté que les associés énumérés sur les statuts de l’entreprise ne sont pas tous mentionnés sur le registre de commerce ». Abdelmalek Sahraoui faisait tout pour cacher son implication dans toutes ses sociétés qu’il utilisait pour gagner des revenus conséquents.

Ainsi, force est en dernier lieu de constater que chacune des entreprises d’Abdelmalek Sahraoui n’est qu’un arbre parmi tant d’autres utilisés par le député milliardaire de la wilaya de Mascara pour cacher la « forêt » de sa fraude fiscale. Des sommes colossales sont dissimulées permettant au deuxième homme le plus riches de l’Algérie de s’enrichir encore et davantage alors que les recettes fiscales de l’Etat algérien sont en chute libre faute d’acquittement sincère des impôts. Les pratiques illégales et immorales d’Abdelmalek Sahraoui méritent un livre tellement elles sont nombreuses et relèvent de la ruse d’une véritable mafia constituée. Et ce monsieur veut encore une fois siéger dans le futur Parlement qui va naître dans le sillage du scrutin électoral du 12 juin prochain. La « Nouvelle Algérie » est finalement pire que cette ancienne Algérie qui a été, semble-t-il, enterrée le 2 avril 2019 avec la chute d’Abdelaziz Bouteflika.

13 COMMENTS

  1. Je trouve injuste qu’on parle tout le temps du « système Boutesrika », alors qu’en vérité Boutesrika n’a été que l’exécutant de la feuille de route du « SYSTEME » en place depuis 1962 ! Des exécutants comme lui, il y’en a eu d’autres avant lui, certains n’ont pas satisfaits aux exigences du « SYSTEME » se sont vus éliminés sans ménagement, et ceux en place, et d’autres à venir, risquent de connaître des fortunes diverses !
    En ce qui concerne Rabrab auquel vous le comparez, il n’est pas impossible qu’ils bénéficient tous deux des faveurs du « SYSTEME », puisque Rabrab touché mais pas coulé par AGS pour sa proximité avec Toufik, qu’AGS honnissait viscéralement à titre « personnel » ! Donc, indépendamment du « SYSTEME » !

  2. Boussad veut dédouaner Bouteflika…Qu est ce qu’il ne faut pas lire comme âneries…Le mec est resté bloqué sur des schémas de pensées largement rebattu…Et ça veut reconstruire le pays…yakhi Kav yakhi…
    Trouve toi une occupation saine et laisse tomber la politique…C’est au-delà de toutes tes facultés…

  3. @Dey [email protected] selon toi, c’est Boutef qui a créer la corruption
    Alors c’est simple, guillotinons-le et on mettra fin à la tchipa
    On a des corrompus partout, dans chaque ministère, chaque administration , chaque corps d’état
    Tu commences par le planton ou la gardien à l’entrée jusqu’au Dir
    Nos importateurs , nos grossites, nos commerçant privilégient les marchandises sans factures, au noirs et avec la chkara
    Pas de TVA, pas de taxes , pas d’impôts…
    Ils travaillent la main dans la mains avec les gars du fisc, des douaniers, des transitaires ,des banquiers, des enquêteurs de Police, des juges
    Arrêtons de nous mentir
    Si un jour, on contrôle les biens mobiliers et immobiliers de nos fonctionnaires, douaniers, policiers , gendarmes, militaires, banquiers , responsable de nos entreprises publique, nos pauvres riches ou riches pauvres qui n’ont aucune activité déclarée mais qui roule en voiture allemande et habitent des villas…on récupère quelques milliards de dollars

  4. Salut Zakaria

    Non ce n’est pas Boutesrika al Maroki qui a créé la corruption…On est d’accord

    Bouteflika a juste Hallalisé la corruption et l’a élevée au rang de mode de gouvernance en plein jour. Sous Bouteflika jamais autant d’argent depuis l’indépendance n’a été autant volé détourné…Il n y a pas d’équivalents. Tous ses proches sa tribu et ses larbins en ont profité. La plupart sont à l’abri pour des générations à l’étranger.

    Il a vendu notre pays à la France pour se maintenir au pouvoir. Durant les années 2000 et c’est du vécu, des nuées de pseudo consultants français se rendaient d’Algérie pour amasser des fortunes d’échanges d’une demi-journée de présentation d’un Powerpoint et le reste du séjour ils passaient du bon temps….

    Je pourrais te citer des tonnes exemples où les talents algeriens étaient marginalisés au détriment de français qui n’apportaient aucunes plus-values mais coûtaient une fortune en devises.

    C’est sous bouteflika que les Kav ont pulluler sans vergognes : grosses cylindrées argent sale cabarets alcool et crasse intellectuelle étaient les critères de réussite.

    Il a défoncé les valeurs du pays comme personne. Et il l’a fait sciemment et pour se venger de sa traversée du désert suite aux vols de millions lors de son passage au MAE et après avoir été écarté de la succession de Boumedienne.
    Lis le livre courageux de Benchicou : Bouteflika une imposture algérienne…

    Bref…oui importe qui est susceptible d’être corrompu…Mais dédouaner cette ordure bouteflika fait être le roi des abrutis pour oser le faire

  5. Je ne cherche pas a dédouané Boutesrika, l’Ali Baba corrompu de la première heure, mais je veux juste souligné qu’il avait été engagé es-qualité, d’ailleurs qualifié dans les mémoires d’un certain ex-décideur de « moins mauvais candidat », sous entendu, par rapport à d’autres, considérés comme mauvais avant lui. Le mérite qu’il a eu (en fait, ça n’a rien d’un mérite !) mais, disons plutôt, une ruse, c’est d’avoir bien su conjugué le verbe manger en commençant par »Vous mangez…beaucoup ! Mais, je mange aussi, ainsi que ma famille et mes amis » ! En rusé qu’il était, il s’est ménagé de quoi couler le bateau si on s’aventurait à toucher à un de ses cheveux ! Le fin mot de l’histoire, c’est : « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette » !
    En tant qu’Algériens victimes de ces irresponsables, on aimerait bien que le pays soit retiré des griffes de tous ces fauves qui l’ont dépecé et que le peuple souverain, recouvre sa légitimité.

  6. Tous pour un « le pognon . La tune . Le fric « et tous pourris , c’est la même clique de sangsues qui tiennent le peuple en laisse depuis Boukherouba l’illettré a la solde des français « Avec notamment essais nucléaires jusqu’à à sa mort « en passant par Napoléon premier « Roi des Pokémon et légume sur un fauteuil « en passant par ces généraux sanguinaires avec des patrimoines colossaux, et encore aujourd’hui c’est les mêmes qui sont en postes et ils n’ont nullement l’intention de partir. Pauvre de nous et pauvre Algérie.

  7. Exactement mon diarrhée, c’est cela même et bien d’autres qui vous fournissent en cachir, mais reconnais que si ces gens existent aujourd’hui, c’est à cause « du colonel nucléaire « puisque c’est lui qui a pris le pouvoir et qui a instauré cette chienlit et bien évidemment amplifié et améliorer par tes maîtres cachiristes aujourd’hui.

  8. La notion de « Régionalisme » est supplantée par la notion de « Clanisme » et les KDS qu’on jette régulièrement en pâture pour détourner les regards sur les principaux acteurs de l’ombre font partie du clan, mais de 2è niveau, sacrifiables à merci ! L’exemple édifiant, c’est le lingot d’or reçu en pourboire par Ouyahia dont il a fait part récemment en ajoutant que d’autres que lui ont reçus autant ou plus, mais que le système a vite fait d’étouffer l’affaire !
    Qu’attend donc votre justicier Zeghmati, au téléphone portable toujours collé à l’oreille, de s’autosaisir ?

  9. Effectivement il faudrait connaitre les fortunes sans communes mesures des Rebrab Haddad Ouyahyia Tahkout et tous les milliers d’autres dont on ne connait pas toujours les noms….Belkecir ce chien et ce traître à côté c’est peanuts….
    Tewfiq est un des plus grands fossoyeurs de l’Algérie quand on y regarde de plus près…C’était votre Reb Dzayer 7hachakoum