9.9 C
Alger
lundi, février 6, 2023

Document exclusif. Les pharmaciens algériens autorisés à vendre de l’hydroxychloroquine aux malades chroniques

- Advertisement -
- Advertisement -

Depuis le 21 juin  dernier, les pharmaciens algériens ont été autorisés par le ministère de la Santé de fournir de l’hydroxychloroquine aux malades chroniques qui ont besoin de ce médicament pour traiter leurs maladies chroniques. Algérie Part a obtenu au cours de ses investigations l’instruction du ministère de la Santé qui explique aux pharmaciens algériens le nouveau dispositif réglementaire régissant la fourniture de l’hydroxychloroquine. 

Dans cette instruction, il est clairement expliqué que, maintenant, les pharmaciens privés peuvent vendre ce médicament pour les malades chroniques à condition que ces derniers présentent une ordonnance médicale et une attestation médicale prouvant leur affection comme, par exemple, la Polyarthrite, une maladie inflammatoire générale.

Les malades chroniques algériens peuvent se procurer ainsi, comme avant le début de l’épidémie du COVID-19, de l’hydroxychloroquine.  Mais la procédure demeure très complexe car le pharmacien algérien doit remettre le dossier médical du patient sous pli fermé au distributeur des produits pharmaceutiques et des médicaments pour pouvoir obtenir la précieuse hydroxychloroquine. Le distributeur doit ensuite s’adresser à une annexe régionale de la Pharmacie Centrale des Hôpitaux (PCH) pour pouvoir enfin se procurer de l’hydroxychloroquine et le fournir en dernier lieu au pharmacien approché par le malade chronique.

Il est à signaler que ce dispositif dont fait l’objet l’hydroxychloroquine a été justifié par les tensions observées dans les hôpitaux autour de ce médicament jugé par la communauté médicale incontournable dans la lutte contre le COVID-19. Il est à souligner enfin qu’un seul laboratoire privé fabrique de l’hydroxychloroquine. Il s’agit de CPCM Pharma qui est, effectivement, le seul laboratoire pharmaceutique algérien à produire cet antipaludique au niveau de son usine située dans la région de Lakhdaria. La totalité du stock de cette usine a été réquisitionnée par les autorités sanitaires du pays au profit de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH). Ce laboratoire privé a fabriqué récemment plus de 300 mille boites de ce médicament et la PCH est chargée de les distribuer au niveau des hôpitaux publics qui abritent les patients contaminés au COVID-19.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -