Document exclusif. Le ministère algérien de la Santé réagit enfin aux retards considérables des résultats des tests de dépistage du COVID-19

0
1392

Enfin une réaction ! Le ministère algérien de la santé vient d’adopter une nouvelle organisation pour pallier au problème des retards considérables des résultats des tests de dépistage du COVID-19. Des retards qui peuvent durer jusqu’à 15 jours au niveau de plusieurs wilayas à travers le pays. 15 jours pour attendre l’arrivée du résultat d’un prélèvement nasopharyngé effectué sur un patient probablement infecté par la COVID-19. Ces retards perturbent énormément le travail du personnel soignant en Algérie et empêchent l’identification rapide des cas positifs et suspects afin de mettre en place le dispositif de l’isolement sanitaire qui peut briser la transmission ou la propagation du virus au sein de l’entourage familial des cas dépistés. 

Face à ce dysfonctionnement qui compromet l’efficacité de la lutte nationale contre la pandémie du COVID-19, le ministère de la Santé a mis en place depuis le 26 juillet dernier un nouveau dispositif pour améliorer le circuit d’information par lequel les hôpitaux et établissements santé publique perçoivent les résultats des tests de dépistage RT-PCR, nous apprend ainsi une note officielle communiquée par la direction générale de la prévention et de la promotion de la santé, un document que nous avons obtenu au cours de nos investigations.

Cette fois-ci, le ministère algérien de la santé appelle les directeurs des hôpitaux publics à utiliser un système d’accès électronique qui permettra aux établissements de santé ayant transmis des prélèvements nas-pharyngés de suivre, télécharger et imprimer les résultats après leur validation par les personnes qualifiées et habilitées au niveau des laboratoires publics, à savoir les antennes de l’Institut Pasteur d’Algérie, ou les laboratoires privés agréés pour analyser les échantillons prélevés sur des cas suspects de COVID-19. Ainsi, grâce à cette plateforme électronique gérée et rattachée à l’Institut Pasteur d’Algérie devra permettre de réduire les délais de la diffusion des résultats des tests de dépistage PCR.

Les droits d’accès à cette nouvelle plateforme électronique seront réservés au directeur de la santé de chaque wilaya ainsi qu’au directeur de l’établissement de santé et les médecins de l’hôpital qui seront désignées par le directeur lui-même. Les identifiants et les mots de passe doivent être communiqués uniquement aux médecins et professionnels de la santé chargés de la consultation COVID-19. Un correspondant informatique régional sera détaché également par le ministère de la Santé pour accompagner les médecins et le former sur les modalités d’accès à la plateforme de l’Institut Pasteur d’Algérie.

Avec ce nouveau dispositif, le ministère algérien de la Santé opte pour la transmission par voie électronique des résultats des tests de dépistage PCR aux directions de la santé publique des wilayas et aux établissements de la santé. Ces résultats seront également envoyés avec ce même procédé à la cellule de suivi de la situation épidémiologique et de l’information sanitaire au niveau du ministère de la Santé à Alger. Soulignons enfin que si cette solution pourrait réellement réduire les délais de l’annonce des résultats des prélèvements, il n’en demeure pas moins qu’elle ne peut pas remédier à un autre problème criant : la pénurie cruelle ds kits de dépistage PCR au niveau des hôpitaux algériens. Une pénurie à laquelle le ministère algérien de la Santé n’a toujours pas trouvé de solution viable.