Disparitions tragiques de plusieurs Harragas : 11 corps repêchés à Tipaza et 4 cadavres retrouvés à Annaba

0
275

Une nouvelle tragédie a ébranlé l’Algérie. En 24 heures, au moins 15 morts ont été recensés au large des côtes algériennes. 15 Harragas majoritairement des jeunes ont péri dans des circonstances tragiques en tentant de rallier les côtes européennes à bord d’embarcations de fortune, a pu confirmer Algérie Part auprès de plusieurs sources sécuritaires concordantes. 

A Tipaza, hier dimanche 15 mai, des opérations de secours menées au large des côtes ont permis de repêcher 11 cadavres de 11 harragas. Ces migrants infortunés sont morts alors qu’ils tentaient de prendre la mer à bord d’une barque motorisée dans l’espoir de rejoindre les Iles Baléares, a-t-on appris auprès de leur entourage familial. Cette embarcation transportait au moins 16 harragas dont des femmes et des mineurs, a-t-on pu confirmer au cours de nos investigations. 5 personnes sont donc déclarées encore disparues et demeurent activement recherchés par les garde-côtes algériens. Mais peu d’espoir est permis concernant leur sort, attestent nos sources, étant donné que leur embarcation a fait naufrage dans des conditions mystérieuses et inexpliquées jusqu’à l’heure où nous mettons en ligne notre article.

Durant la même journée, à savoir ce sinistre dimanche 15 mai, 4 autres cadavres ont été retrouvés à Annaba suscitant ainsi l’émoi de la population locale qui s’attend, malheureusement, à d’autres très mauvaises nouvelles car 4 personnes mortes faisaient partie d’une embarcation de 20 harragas partie des côtes d’Annaba vers les côtes italiennes. Et aucun de ces harragas n’a encore donné signe de vie faisant ainsi craindre une autre tragédie d’une ampleur inédite à cause d’un fort probable bilan lourd de victimes. Ces drames ne manqueront de susciter une émotion nationale en Algérie relançant ainsi le sempiternel débat sur le sentiment de désespoir qui ronge profondément la société algérienne à la lumière de la détérioration alarmante des indicateurs économiques et financiers du pays sans oublier la terrifiante régression des libertés publiques. Force est enfin de reconnaître que tous ces éléments alimentent cette tragique mécanique de harga massive.