Des scènes humiliantes à Paris : la Police française intervient pour garantir le calme devant l’Agence d’Air Algérie Opéra

9
2812

La première journée de l’opération de commercialisation des ventes des billets d’avion au niveau des Agences d’Air Algérie en France a été, malheureusement, marquée par des scènes humiliantes qui ternissent gravement l’image de l’Algérie à l’étranger. Aucune organisation, absence de la moindre discipline et disparition pure et simple du sens du civisme. En pleine crise sanitaire, des centaines d’algériennes et d’algériens ont pris d’assaut l’agence d’Air Algérie Opéra, la fameuse agence parisienne située au 18, avenue de l’Opéra, au cœur du prestigieux 1er arrondissement de la capitale française.

Dés les premières heures de la matinée de ce lundi 31 mai, une immense foule s’est constituée devant les portes de l’agence commerciale d’Air Algérie Opéra. Des personnes âgées, des femmes, des hommes, des étudiants, des salariés, des entrepreneurs, des algériens issus de tous les horizons sont venus des quatre coins de la capitale française pour faire la queue et se bousculer devant les portillons de l’agence d’Air Algérie dans l’espoir d’acquérir un billet d’avion, le précieux sésame qui permet le retour au pays natal après plus d’une année de fermeture hermétique des frontières algériennes.

Les bousculades ont rapidement pris une dimension alarmante et les fonctionnaires de l’agence d’Air Algérie paniquent. A partir de 12 H 00, Air Algérie est contrainte d’annoncer la fermeture de son agence parisienne. Dans la foulée, à partir de 12 H 30, elle annonce également la fermeture de son autre agence à Marseille confrontée elle-aussi à une énorme foule déchaînée et désordonnée. Craignant des débordements majeurs, les autorités françaises déploient un dispositif policier autour des agences d’Air Algérie. A Paris, la Police français mobilise plusieurs camions et patrouilles pour établir des périmètres de sécurité et veiller sur l’ordre public. Des policiers aux aguets prêts à intervenir contre le moindre dépassement, l’atmosphère devient rapidement tendue d’autant plus que la foule des voyageurs algériens refuse de quitter les lieux et de prendre en compte l’avis de fermeture de l’agence Opéra.

La foule est restée mobilisée en criant sa colère et en réclamant la transparence autour de la vente de ces packs voyages qui permettent le retour inespéré de la diaspora algérienne en France vers son pays natal. Samedi dernier, des milliers de ces algériennes et algériens ont manifesté devant l’Ambassade d’Algérie à Paris et les 18 consulats algériens répartis sur les plus importantes villes de France. Des appels au boycott d’Air Algérie et de ce premier programme de vols ont été lancés. Il s’avère que personne n’a pris au sérieux ces appels au boycott et les Algériens de France ont voulu tenter le passage en force pour trouver des places à bord de ces deux dérisoires vols hebdomadaires d’Air Algérie qui vont relier Paris à Alger. A Marseille, un seul vol hebdomadaire est prévu pour permettre à la communauté algérienne de revenir au pays. Débandade, anarchie, mauvaise organisation et bricolage dans la gestion des affaires publiques, l’Algérie démontre une nouvelle fois à l’étranger qu’elle est très mal gouvernée et sa population n’en peut plus de subir les conséquences fâcheuses de ce sous-développement crasseux.

9 COMMENTS

  1. l’image de la nouvelle Algérie commence a faire le tours du monde
    Bravo aux dirigeants algériens
    Quand a tous ces gens qui s’empressent devants les agences d’air couscous
    en vous affichant ainsi , vous rendez service a tous chiens galeux .

  2. Oui Mission impossible dès le départ. Je ne comprends pas qu’avec quelques vols hebdomadaires, les gens ont pensé que les frontières étaient ouvertes ou même partiellement ouvertes.

    À quoi s’attendait Air DZ ? entre les places à piston et la mauvaise gestion chronique c’est littéralement statistiquement impossible d’avoir une place. Un modèle mathématique simple aurait prédit de façon évidente que les chances de rentrer au pays sont quasi-nulles. C’est ce que j’ai expliqué à mes enfants. J’en ai fait un exo de stats.

    Le plus effarent dans tout cela c’est que tu as un conseil des ministres qui se réunit et se prends au sérieux et parle d’assouplissement de mesures, et tuti quanti. Y a pas de vol, y a pas de retour, ya pas de pays, ya pas d’état, tout le monde fait semblant mais je vous jure il n’y pas le standard minimum pour faire un pays. Le dernier pays d’afrique est mieux structuré que nous. Il y a une caverne de brigands avec des tenanciers qui tiennent le gourdin à l’entrée et à l’intérieur de la caverne, il y a une copie de l’enfer.

  3. Il faut que le Hirak continue sa marche avec toute sa diversité.
    Ce n’est pas ces bandits de grand chemin qui vont distribuer des brevets de bons et de mauvais Hirak !
    Tous les Hirakistes quels qu’ils soient doivent s’unir autour d’une constante, l’Etat de Droit pour tous, pour mettre hors d’état ces Ali baba et les 40 voleurs, et vite !

  4. Ce n’est qu’un aperçu de ce que l’avenir réserve à ce pays maudit par les vicissitudes de l’Histoire. Attendez pour voir … juste quelques années, il y aura plus de 50 millions d’habitants à nourrir, à donner du travail, scolariser, soigner, loger etc, la consommation qui augmente de manière exponentielle et la pollution qui l’accompagne, les réserves de pétroles et de gaz … pschiiit ! Plus rien bientôt, alors creusons la tombe nationale et les funérailles du pays avec le recours aux énergie de schiste … bye bye la nappe Albienne, les terres fertiles du Nord dévastées par le béton et la prédation des chouakers.
    On importera du carburant pour les privilégiés et un peu de patates et de blé pour la populace, en priant le Divin dans toutes les mosquées de nous ouvrir les chemins de la providence et de la clémence, on fera de la prospective de halaqate infinies dans les Instituts des Sciences Islamiques avec des gourous qui vont trouver des solutions macroéconomiques, en plus des directives civiques et hautement morales pour contenir les débordements populaires récurrents.
    Il est certains que les centurions en casques et boucliers auront du boulot 7/7, H24 partout à travers le territoire national.
    Au final, les grabataires auront réussi leur programme de l’Algérie nouvelle et on sera dans l’obligation de leur reconnaître le mérite immense d’avoir fait d’un pays aspirant à la Liberté une immense Prison triste, hideuse et avilissante.
    Un désert réinventé, pour reprendre feu Tahar Djaout, comme jamais ne l’auraient réussi les plus grands génies humains.

  5. Il faut un soulèvement général , il faut déclencher une grève générale pour toujours afin d’obliger le départ de cette mafia fasciste , il ne faut pas avoir peur d’eux , l’Algérie ne leur appartient pas elle appartient au peuple , il faut mourir debout que de manger du pain a genoux , pourquoi ? Les soudanais sont plus courageux que nous ou quoi , cette mafia est restée en Algérie par de Fafa pour piller le pays et massacrer le peuple , quant-ils fait de bien a l’Algérie !et bien rien. Le peuple a cru avoir l’indépendance finalement Fafa est partie mais elle laissé ses esclaves , la colonisation et toujours en Algérie ,moi je demande au peuple d’arrêter de jouer au chat et la souris car l’affaire est grave ,ce n’est pas en sortant le vendredi après la prière pour jaboter comme des canards pendant 2a3 heures et puis rentrer chez comme si c’était une promenade sur les quais . Il faut un grève générale pour toujours et quand les flics vous frappe et bien frappez les vous aussi , comme font les gilets jaunes en France.

  6. Voilà où mène la gestion d’une compagnie aérienne avec la mentalité du petit village : faire travailler ses cousins et copains incompétents, payés grassement en devises sans même effectuer une tâche bien définie.
    Des bureau d’Air Algérie avec des salariés à rien foutre j’en ai connus.

  7. Ya Dendani31 mai 2021 At 18 h 48 min
    Je suis tout à fait de TES AVIS
    Mais
    même avec 50 M d’habitant l’algérie est solvable.
    Je suis convaincu qu’avec des hommes comme ABANE, BOUDIAF, JUBA II, MASSINISSA on s’en sortira
    J’ai (humblement) dis sans pétrole ni gaz je ferai marcher ce putain de pays avec trois années tres tres tres dures quinze années pour récupérer l’enseignelent

    AVEC UN REGIME DRACONIEN meme s’il faut aller à une dictature nationale
    CELUI QUI NE TRAVAILLE PAS NE MANGE PAS et YETHASBOU GAA