Décryptage. La répartition budgétaire en Algérie : Irrationalité économique et arnaque politique

0
7223

Le graphique ci-dessous est extrait de ma thèse sur l’état des lieux de l’économie algérienne. Il présente dans un ordre décroissant la répartition des budgets ministériels en dollars USD ($).

 

 

Avant de commencer, je tiens à souligner que j’étais littérairement choqué de voir qu’en décembre 2018, après la publication de la loi des finances présentant la répartition des budgets, il n’y avait que 16 visites sur le site de l’APS (Algérie Presse Service) !? Que font les journalistes ? Les chercheurs ? Les intellectuels ? Les enseignants ? Les opposants politiques ? Les députés et parlementaires ? Tout le monde se contre-fiche de savoir comment l’argent de l’Etat est réparti !? Bref passons !

Bien qu’il ait plusieurs choses à dire à ce sujet, je ne mentionnerai ci-dessous que 4 points qui me semblent fondamentaux :

1️    Le budget de fonctionnement des ministères est de 41 milliards $ en 2019 (il était de 37 milliards en 2018) alors que la valeur réelle des exportations avait baissé de 16% entre 2016 et 2018 ➡️ Merci d’avoir augmenté le budget pendant que les recettes reculent !

 

2️   Avec mes profonds respects aux Vrais Moudjahidines et aux glorieux Chouhada qui ont désenchaîné ce pays -on a en tous quelqu’un dans la famille qui a participé à la guerre de libération- mais soyons raison gardée ; le Ministère des Moudjahidines est l’exemple par excellence de la gabegie budgétaire. Avec une enveloppe annuelle de plus de 1.8 Milliards $, il est le 7ème budget sur une vingtaine de Ministères talonnant celui de l’Agriculture –dans un aussi vaste pays. Et dire que jusqu’en 2017, il le devançait (6éme place). Actuellement, il dépasse de loin les budgets de ces Ministères principaux : Travail, Finance, Justice, Solidarité, Energie, Travaux publics et Transport, Formation professionnelle etc. Pourquoi ? Parce que le nombre de Moudjahidines augmentent miraculeusement après 57 ans d’indépendance ! On ne sait pas encore si c’est grâce à la résurrection ou à l’immortalité.

En 2017, le Ministre concerné, Tayeb Zitouni, avait refusé de communiquer les chiffres officiels sur les Moudjahidines. C’est l’ONM (Office Nationale des Moudjahidines) qui a estimé leur nombre à 250 000 or que le Congrès de Tripoli en 1962 parlait de 70 000, tandis que les historiens en recensaient 30 000 combattants uniquement (cf. M. Obetroune). Comment on est passé de 70 000 à 250 000 ? Grâce à la magie du FLN Bouteflikiste qui défie la logique démographique de la mortalité.
Le plus déconcertant est de constater que le budget de ce Ministère ne cesse de grimper d’année en année ! Sur quel principe ? Inflation monétaire ? Le SNMG (Salaire National Minimum Garantie) devrait grimper chaque année dans ce cas. Un alignement à la logique des pensions retraite ? Celles-ci ne se sont pas non plus réévaluées à la hausse chaque année. En vrai, il n’y aucun motif explicite !

[ et je ferme les yeux sur les facilités administratives et les privilèges économiques attribués gracieusement ].

Rien qu’avec l’argent détourné dans ce Ministère nous perdons de quoi bâtir des dizaines de centres médicaux chaque année ou bien de quoi construire un CHU (Centre Hospitalo-Universitaire) aux normes internationales tous les deux ans. Admettons qu’on se base sur les faux chiffres avancés par l’ONM + les « ayant droit » (veuves et enfants Chahid) on aura, de façon très optimale, un total de 350 000 pensionnaires avec une moyenne d’indemnité de 140 000 DA/an. Même avec cette estimation exagérée on devrait, au moins, obtenir un avoir de 800 millions $ par an ➡️ Moyenne des coûts d’un CHU = 2 Milliards $.

Après ce Hirak –et si possible pendant– nous devons absolument dresser un état des lieux et enquêter sur les milliers de dossiers fraudés ainsi que les faux témoignages à propos des Moudjahidines.
Parallèlement nous devons supprimer ce Ministère et le remplacer par des agences régionales qui s’occuperont de la comptabilité et du payement des pensions des Moudjahidines et des « ayant droit ». Ces agences se chargeront également d’organiser des commémorations pour les dates historiques et adresser des invitations honorifiques aux vrais Moudjahidines pour assister aux événements symboliques dans la région de leur résidence telles que les inaugurations des infrastructures publiques.

 

3️   Le Ministère des Affaires religieuses incarne lui aussi l’irrationalité économique dans toute sa splendeur. Bien que les mosquées soient construites principalement par les dons des pratiquants dont la collecte se fait chaque vendredi, il en reste que le budget de ce Ministère est de 228 millions $ pour 2019. Il dépasse celui de la Communication, du Commerce, de la Culture, des Ressources en eau, et celui de l’Habitat (les architectes et les urbanistes s’arracheront les cheveux… Désolé pour les chauves !). Le classement est très cohérent n’est-ce pas ? En parallèle, le Ministère des affaires religieuses a plus d’agences ministérielles que celui des finances par exemple ! Normal… Après tout on a besoin de tout un service pour surveiller les croissants lunaires. Non, ne cherchez même pas, l’astronomie et la technologie ne sont pas compatibles avec ce travail d’observation !

Avant d’avancer ma suggestion, je dois préciser que je suis croyant pratiquant afin d’éviter d’être accusé de « laïcard » ou d’anti-islam. J’estime que pour des questions essentiellement économiques le Ministère des affaires religieuses doit aussi être supprimé. Les mosquées peuvent-être gérées par les municipalités avec une Commission Citoyenne Locale (CCL) qui déterminera la gestion interne de chaque mosquée. Chaque CCL sera composée de pratiquants diplômés des disciplines ayant l’islam comme champ d’étude scientifique : sciences islamiques, histoire de l’islam, philosophie de l’islam (islamologie), sociologie et/ou anthropologie de l’islam, finance islamique, linguistique et traduction etc. Cette CCL désignera les imams et veillera à ce que les sujets de l’idéologie politique soient interdits dans les mosquées. Ces dernières doivent restées des lieux de spiritualité et non pas d’instrumentalisation politique à travers des prêches écrits par le gouvernement.

Ainsi, on peut économiser, très modestement, 100 millions $ /an; une somme à transférer vers l’éducation et la santé. 128 millions $/an suffiront largement pour entretenir les 17 000 mosquées, payer leurs charges et rémunérer leur personnel.

4️     Le meilleur pour la fin : les dépenses relatives à la Présidence… Près de 70 millions $ réservés aux services de la famille Royale !

Rien d’étonnant, le budget consacré à la gestion de la Présidence est bien supérieur à celui de l’industrie !? Après tout on n’a pas d’industries me diriez-vous, ils n’ont rien construit !
Le budget de sa Majesté dépasse aussi celui du tourisme ? Oui on n’a pas besoin de développer notre tourisme ne serait-ce qu’intérieur !

Les dépenses relatives à sa Majesté devancent également celles du Ministère de la Poste. Ne vous énervez pas si votre courrier n’arrive jamais au destinataire. Avec un budget aussi dérisoire (17 millions $) on ne pourra même pas mettre les noms et les numéros des rues dans nos agglomérations.

Et en toute évidence ce budget pour le Roi est 10 fois plus élevé que celui de l’environnement ! L’écologie, ce domaine tellement marginalisé qu’on lui a accordé la dernière place dans la répartition budgétaire (16 millions $ pour plus 2 millions km2) pendant que nous nous enfonçons dans des problèmes environnementaux majeurs (gestion des déchets, dégradation massive et accélérée de notre capital naturel, externalités négatives sans précédent, sols et surfaces empoisonnés par le plastique, déforestations, détournement des eaux aquifères, espèces menacées de disparition, incendies et pollution atmosphérique…). Les travaux des associations de protection de l’environnement peuvent en témoigner davantage (Cf. Karim Khima & Khaled Foudil). Et par mon intérêt aux sciences économiques, permettez-moi de vous affirmer qu’il n’y aura pas de futur pour l’économie sans écologie 🌍

J’ai mal au cœur lorsque je me rappelle qu’un vrai Moudjahid -devenu justement Chahid entre les mains des harkis qui l’ont tué bien après l’indépendance- alias Mohamed Boudhiaf avait renvoyé cuisiniers, boulanger et serveurs du Palais d’El Mouradia en disant à ses assistants « j’ai une femme qui cuisine pour moi et je fais mon propre café… ». Il avait annulé les commandes initiées pour la décoration de son domicile afin de supprimer les dépenses inutiles en commençant par son propre lieu de résidence et de travail.

⭕️ J’aurais pu écrire deux autres textes sur le classement et la priorité des dépenses par Ministère (défense, intérieur, santé et éducation…) mais cela serait sans doute très chronophage à lire 🔜 Je reviendrais dessus prochainement.

P.S : d’après le FMI les pays qui gèrent le mieux leurs dépenses de fonctionnement sont les pays scandinaves et les Pays-Bas car ils ont un budget participatif. Donc on revient toujours à la source : démocratie participative ! La démocratie représentative sans verrous fabrique des arnaqueurs !

 

 

 Par  Hicham ROUIBAH, universitaire et chercheur