Décryptage. La dangereuse chute de la valeur du dinar algérien et son impact direct sur le portefeuille des algériens

0
1786

Lors de son entrevue périodique avec des responsables de médias nationaux, le Président Tebboune a précisé que les augmentations fiscales contenues dans le LFC 2020, notamment celles relatives aux prix du carburant, dont l’impact est insignifiant, ont été accompagnés de décisions visant à soutenir le pouvoir d’achat du citoyen. Il a cité, dans ce sens, la réévaluation du SMIG à 20.000 DA et l’exonération des salaires équivalents ou inférieurs à 30.000 DA de l’IRG, ce qui induit, a-t-il expliqué « une augmentation mensuelle de 20 à 25% « . Or, ces augmentations n’auront aucun impact sur le portefeuille des Algériens qui va continuer à se vider. Pourquoi ? Parce que la valeur réelle du dinar algérien est en chute libre depuis années et cette année 2020, la valeur de la monnaie algérienne ne cesse de connaître une dégringolade dangereuse, très dangereuse. Et voila ce que Tebboune ne dit pas aux Algériens. Certainement parce qu’il ne le sait pas. 

Il faut savoir, d’abord, que l’Algérie vend son pétrole et gaz en dollar américain. Mais elle achète énormément de ses produits importés à l’étranger en euros. En plus, l’Algérie a une monnaie, le dinar algérien, qui n’est pas convertible. Elle n’est pas donc utilisable à l’étranger ni reconnue comme une « devise internationale ». Plus de 97 % de nos exportations en devises sont composées des hydrocarbures. Elles sont donc notre seule source précieuse de devises.

Or, les équilibres financiers de l’Algérie dépendant des cotations du dinar algérien par rapport au dollar et à l’euro. Aujourd’hui, le cour officiel indique qu’un euro vaut plus de 145 DA. Le même court officiel nous apprend qu’un dollar américain vaut plus de 128 Da. Force est de constater que le dinar algérien est en chute libre. Preuve en est, entre juin 2019 et juin 2020, le dinar algérien a perdu plus de 7,5 % de sa valeur face à l’euro.

En juin 2019, un euro valait 134 Da. En juin 2020, un euro vaut 145 Da. Naturellement, il s’agit là du cours officiel utilisé comme référence par les banques et la bourse. On ne parle pas du marché parallèle de ses taux qui obéissent réellement à la loi de l’offre et de la demandé. Nous y reviendrons. Restons pour le moment concentré sur le taux du marché officiel géré par la Banque d’Algérie, la banque centrale du pays.

La valeur du dinar algérien a également chuté face au dollar américain. En décembre 2019, un dollar américain valait 119 Da. Aujourd’hui, en juin 2020, un dollar américain vaut 128 Da. Soit une baisse de 7,1 %. Et si on recule un peu dans le temps, l’on s’aperçoit que la chute du dinar algérien est encore plus terrifiante. Preuve en est, sur une période de ces 3 dernières années, à savoir 2017-2020, le dinar algérien a perdu plus de 16 % face à l’euro. Sur une période de 5 ans, à savoir 2015-2020, le dinar algérien a perdu plus de 23 % de sa valeur face à l’euro. Et il s’agit encore là des taux officiels auxquels fait référence la Banque Algérien en les imposant aux marchés boursiers. Sur les marchés parallèles, la chute du dinar algérien est beaucoup plus vertigineuse et dépasse les 40 % sur une période de 5 ans.

Le même constat est à dresser concernant le rapport du dinar algérien face au dollar américain. Entre 2017 et 2020, le dinar algérien a perdu plus de 15 % de sa valeur face au dollar américain. Entre 2015 et 2020, le dinar algérien a perdu plus de 23 % face au dollar américain.

Mais comment cette chute de la monnaie algérienne peut-elle impacter concrètement les citoyens algériens ? La réponse est simple et complexe à la fois. Lorsque la valeur du dinar algérien chute face à l’euro et au dollar américain, il est automatiquement dévalué par la Banque d’Algérie. Cela signifie, à titre d’exemple, qu’entre 2019 et 2020, la dévaluation du dinar algérien a été d’au moins 7 %. A cette dévaluation, il faut rajouter le taux d’inflation annuel en Algérie qui varie « officiellement » entre 4 à 5 %. L’inflation additionnée à la dévaluation de la monnaie algérienne produit une augmentation des prix des produits de large consommation d’au moins 12 % sur la période de 2019 à 2020. C’est ce qu’on appelle la cherté de la vie. Donc, le salaire des algériens perd de 7 % de sa valeur réelle et mais les prix sur les marchés augmentent de 12 %. Le citoyen subit donc un étranglement et son portefeuille se vide. Voila pourquoi la misère sociale avance en Algérie.

Cette progression est encore plus phénoménale si l’on revient en arrière. Puisque le dinar algérien a chuté de 16 % entre 2017 et 2020, avec un taux d’inflation annuel variant entre 4 et 5 %, cela signifie que les prix des produits de large consommation sur les marchés  ont augmenté ces 3 dernières années de 25 à 30 % ! Une énorme augmentation qui a tout simplement bousillé le pouvoir d’achat des algériens. La valeur du salaire algérien a baissé de 16 % et les produits de consommation ont augmenté de 30 %. Le portefeuille se vide et le pauvre devient de plus en plus pauvre…

A cause de la dévaluation excessive du dinar algérien provoquée par sa chute continue face à l’Euro et Dollar américain, le salaire algérien n’a plus d’impact sur la situation sociale du citoyen algérien. Il peut être augmenté régulièrement, ses effets sont limités continuellement par la chute de la valeur de la monnaie algérienne. Mais cette vérité, le régime algérien la cache soigneusement…