6.9 C
Alger
mardi, janvier 31, 2023

Décryptage. Corruption dans le secteur de la Santé : un entrepreneur algérien interpelle Tebboune et lui rappelle ses engagements

- Advertisement -
- Advertisement -

Dans votre discours d’investiture, vous avez placé la lutte contre la corruption parmi vos priorités et vous vous êtes engagé à lutter «rigoureusement» contre ce fléau. Sur la base de vos directives, le Premier Ministre, Abdelaziz Djerad a présenté mi-février un Plan d’Action du Gouvernement qui met l’accent sur la nécessité de lutter contre la corruption et de consacrer le principe de justice et d’égalité pour tous les algériens.

Les membres du Conseil de la Nation y ont tous adhéré. Nous espérons, de tout cœur, vous voir réussir et voir ces bonnes intentions implémentées très rapidement au sein de nos administrations et retrouver un traitement de justice, d’égalité et de dignité dans notre cher Pays. Je me permets de rappeler les conséquences dramatiques de ce mal endémique qui a atteint des proportions hors du commun ces dernières années, comme le montrent les innombrables procès en cours.

Nombre de personnes sont même arrivées à admettre que cela est chose normale, que la corruption aide à résoudre beaucoup de problèmes et vantent ses mérites. Cette thèse, en plus d’être illégale, est formellement démentie par les faits, très nombreux. – Cela nuit à la croissance en pénalisant et en freinant les investissements. C’est un frein pour les PME innovantes et pour les investissements directs étrangers. Des pratiques arbitraires et occultes repoussent toutes les bonnes intentions.

– Les revenus de l’Etat sont ainsi réduits lorsque des déclarations frauduleuses et des exemptions fiscales injustifiées sont tolérées.

– Les deniers de l’Etat sont dilapidés. Les biens sont surpayés. Les dépenses gouvernementales sont détournées au profit de projets lucratifs avec des circuits de décision opaques et sans concurrence saine. Nombreux sont les entrepreneurs qui souffrent énormément de cette situation. J’en fais partie.

L’exemple dramatique de notre petite société MEDSANTE est frappant. J’espère que nos souffrances, décrites brièvement ci-dessous, trouveront une fin heureuse et juste et surtout contribueront à faire avancer ce sujet et à faire adopter des mesures concrètes pour consacrer enfin les principes de justice et d’égalité dans notre Pays.

Depuis 2004, nous avons développé une activité dans la distribution de dispositifs médicaux très pointus dans des domaines variés. C’est un processus permanent de recherche, d’identification et d’évaluation de nouveaux produits très techniques auprès de fabricants de classe  mondiale pour les proposer aux meilleurs prix possibles en Algérie. Nous avons pu, par exemple, diviser par trois le prix des stents coronaires actifs de dernière génération par rapport à nos concurrents…

Ceci a permis de faire des économies considérables sur les implants de stents actifs, pour l’Etat mais aussi pour des patients pris en charge dans des cliniques privées et souvent obligés de payer un supplément de leur poche pour des stents trop chers. Nous avons toujours travaillé avec nos fonds propres et avons veillé à respecter scrupuleusement toutes les règles régissant notre activité. Nous n’avons sollicité ni appui, ni soutien, ni faveur d’une quelconque personne dans l’administration.

Nous avons toujours refusé une quelconque assistance ou « coup de pouce » de qui que ce soit. Notre administration de tutelle nous a autorisé, en 2008, à effectuer notre première et dernière importation de consommables d’hémodialyse dont des dialyseurs capillaires en Polysulfone. Car dès la fin 2008, cela nous a tout simplement été interdit.

Au début, nous n’en avions pas compris les raisons et nous avions envoyé de multiples courriers de demande d’explications et de recours. En vain. Nous avons vite réalisé qu’il y avait un monopole en place et que tout était fait pour le maintenir. Tous nos courriers de protestation pour dénoncer ce monopole sont restés lettre morte depuis 2009 !

Du dialyseur capillaire, ce même monopole s’est étendu ensuite à tout le reste du consommable d’hémodialyse ainsi qu’aux médicaments essentiels en dialyse (fer injectable, EOP et HBPM) et aux équipements (machines et stations de traitement d’eau).

L’extension de ce monopole à d’autres produits, a été rendu possible grâce à des appels d’offres truqués, car établis en LOT UNIQUE, et des cahiers des charges sciemment orientés et restrictifs vers des produits bien définis, empêchant ainsi l’expression de toute concurrence libre et saine. Ainsi ce monopole étendu ne permet plus de répondre aux appels d’offres, et donc de vendre nos autres produits.

Ce monopole fait aussi perdre à l’état plus de 100 millions USD par an par l’élimination de toute concurrence. Tout cela est pourtant documenté et notre administration en a connaissance. Nos dernières lettres sont consultables sur les liens ci-dessous: –

A Monsieur le Médiateur de la République en date du 12/03/2020 : http://bit.ly/2U7ZTEy – Monsieur le Ministre du Commerce en date du 08/04/2020 : https://bit.ly/2XjsSbO – Monsieur le Ministre de la Santé en date du 11/05/2020 : https://bit.ly/35Vuvib Pire encore, une machine bureaucratique destructrice s’est mise en marche. Depuis 2009, nous avons subi une longue série de blocages, de refus de dépôt de dossier, de dossiers perdus, d’interlocuteur absent, de refus de rendez-vous, de refus de délivrance de notre programme d’importation… Nous avons pourtant tout essayé avec notre ministère de tutelle sans succès. Nous nous sommes ensuite adressés à toutes les administrations possibles pour simplement demander l’application d’un traitement juste et équitable. Mais malheureusement sans succès.

A partir de 2016, l’étau administratif s’est resserré davantage autour de notre société. Nos dossiers ne sont plus acceptés, nos programmes d’importation ne sont pas signés pour nous empêcher de libérer nos marchandises au niveau de la Douane. A titre d’exemple :

• Le dépôt du dossier des PPI (Programmes Prévisionnels d’Importation) pour 2020 nous a été refusé en juillet 2019 : https://bit.ly/3crtUXC

• Une partie des PPI de 2018 et la totalité des PPI de 2019 ont été bloquées : https://bit.ly/2QJliTB

– TLEMCEN –ALGERIE Registre de Commerce n° : 0263128.B.04 Matricule Fiscal : 000413019001952 Plusieurs de nos dispositifs médicaux stériles, fragiles, périssables et vitaux attendus par des patients gravement atteints sont bloqués, soit sous douane à Oran, soit chez les fournisseurs depuis juillet 2019 ?!

Ils comprennent entre autres : 710 stents coronaires actifs CRE8, 200 valves cardiaques ON-X, 700 packs de CEC MEDOS, 1165 guides d’angiographie & angioplastie SP MEDICAL, 140 ballons NUMED et de la colle chirurgicale BIOGLUE. Pire encore, des guides d’angiographie et angioplastie sont en souffrance sous douane à Oran depuis décembre 2018  ?!

Les ballons d’atriospetomie de Rashkind et les BIB ballons de NUMED dont ont besoin des nourrissons et des enfants atteints de cardiopathies congénitales graves sont bloqués chez le fabricant américain NuMED depuis juillet 2019. Ce dernier ne comprend pas cette situation insolite : http://bit.ly/3agil4q Les capacités financières de MEDSANTE sont limitées. Elle ne pourra pas supporter les pénalités douanières et les frais d’emmagasinage dont le montant global augmente chaque jour. Nous en sommes déjà à plus de 4 millions de DA à payer. Devant cette situation, et dans l’espoir de trouver justice et équité, nous avons déposé le 16 juin 2019 une plainte pour dénoncer la situation monopolistique concernant l’importation de dispositifs d’hémodialyse et toutes les autres entorses gravissimes y afférentes. Cela n’a fait qu’aggraver notre cas.

L’acharnement bureaucratique s’est intensifié et nous mène à un état de quasi-faillite à l’heure actuelle. Nous n’avons trouvé aucune oreille attentive, aucune instance, aucune administration pour nous écouter et pour assurer un traitement juste et équitable à notre société. Notre société risque tout simplement de disparaître. Nos droits fondamentaux sont piétinés ! Combien de sociétés se trouvent, elles aussi, dans la même situation ? Nous poussons ce cri et espérons qu’il puisse servir à d’autres entreprises qui se trouvent dans des situations similaires. Nous nous adressons à vous, Monsieur le Président pour solliciter votre intervention afin de lever ces blocages, supprimer la procédure illégale et non éthique des PPI, abolir ces monopoles, faire respecter le codes des marchés publics lors des appels d’offres dans nos hôpitaux et ouvrir réellement la voie à une nouvelle ère de justice et d’égalité dans notre Pays. Nous espérons que la mobilisation exprimée dans le Plan d’Action de notre gouvernement se traduira par des mesures concrètes au sein de notre administration.

Pour que cessent les comportements d’un autre âge, où les mêmes personnes et les mêmes groupes, grâce à des réseaux de relations et de complicités, continuent à monopoliser des secteurs entiers et participent à la reproduction du statu quo dans la vie du pays. Monsieur le Président, nous soutenons notre Gouvernement dans sa volonté de combattre ces fléaux, et de réveiller l’opinion publique, par tous les moyens d’information existants, pour qu’elle sache ce qu’il nous en coûte dans les domaines sanitaire, social, moral et économique. Une action urgente et exigeante, de la part de nos décideurs contre ces fléaux sera très salutaire pour l’économie du pays, et nécessairement approuvée et suivie par nos concitoyens. En ces temps compliqués que nous traversons, nous n’avons plus le droit de retarder ces actions. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’assurance de notre haute considération.

Le 24/05/2020, Mohammed Meddane, Co-Directeur de MEDSANTE

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -