4.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

Crise de liquidités : Algérie Poste change de version des faits et accuse la Banque d’Algérie

- Advertisement -
- Advertisement -

Changement de ton et de discours à la direction générale d’Algérie Poste concernant la délicate et sempiternelle crise de liquidités qui paralysent les bureaux de Poste de toutes les régions du pays. Après avoir longtemps parlé de « crise conjoncturelle », Algérie Poste reconnaît cette fois-ci que ses caisses ne sont pas suffisamment bien approvisionnées par la Banque d’Algérie. Ce qui provoque une pénurie de liquidités et l’impossibilité de verser des espèces aux citoyens et citoyennes. 

Cet aveu a été prononcé par  Hadj Ahmed Ben Ayoub, directeur central à la direction générale d’Algérie Poste, au micro de la très officielle ENTV, la télévision étatique algérienne. Hier mercredi le 26 août, ce haut responsable a expliqué clairement que les caisses d’Algérie Poste ne sont pas alimentées comme il se doit par la Banque d’Algérie. A titre d’exemple, et pour étayer propos révélateurs d’un véritable malaise entre les diverses institutions de l’Etat algérien, il explique que pour la journée du 24 août dernier, la Banque d’Algérie a versé à Algérie Poste 10 milliards Da. Or, les retraits des citoyens et clients d’Algérie Poste ont dépassé ce jour-là les… 16 milliards de Da !

Cela signifie clairement que cette crise de liquidités est sciemment provoquée par les autorités algériennes afin d’obtenir une configuration précise de la situation économique du pays. En réalité, la direction générale d’Algérie Poste confirme indirectement les révélations faites par Algérie Part le 21 juillet dernier.

Dans une précédente publication, nous avions effectivement révélé que les autorités monétaires algériennes ont utilisé la pénurie des liquidités au niveau des banques et notamment, ou surtout, les agences d’Algérie Poste comme un axe majeur de la nouvelle organisation financière et économique adoptée pour affronter la crise financière provoquée par la pandémie du COVID-19.

En vérité,  la Banque Centrale a expressément réduit le niveau de liquidités des banques et établissements financiers dans le but de réduire la consommation des Algériens. Avec ce mécanisme, les commerçants manquant de liquidités seront contraints de ralentir leurs activités commerciales et les citoyens manquant cruellement de liquidités vont énormément baisser leurs dépenses. Avec cette technique, la Banque Centrale algérienne obtient une réduction générale et drastique de la consommation nationale en Algérie.

Par conséquent, ce ralentissement de la consommation va impacter directement la facture des importations du pays. L’Algérie est un pays dépendant totalement de ses importations à l’étranger pour satisfaire sa consommation nationale. L’Etat algérien doit donc payer des importations en devises sonnantes et trébuchantes pour introduire sur le marché algérien des produits qui seront revendus en dinar algérien. Les pertes sont énormes pour les réserves de devises du pays. Le ralentissement de la consommation nationale ralentira les importations du pays et économisera à l’Etat algérien des devises précieuses en ces temps de crise financière.

Avec ce mécanisme financier très machiavélique, l’Etat algérien espère faire des économies substantielles en période de crise mondiale provoquée par la pandémie du COVID-19. Cependant, ce mécanisme est dangereux pour l’économie nationale. Et pour cause, l’assèchement de liquidité provoque la paralysie du système interbancaire et on peut assister à un resserrement du crédit et sur le marché financier, ce phénomène perturbe les échanges entre les vendeurs et les acheteurs qui ne se rencontrent pas par manque d’actifs, et rend impossible les opérations financières.

Pour l’heure, la Banque d’Algérie n’a toujours pas révélé face aux révélations de la direction générale d’Algérie Poste. Mais pourquoi celle-ci a changé brutalement de discours en décidant enfin de « cracher le morceau » ? Il semble que la crise des liquidités sera encore plus alarmante à la fin de ce mois d’août et risque de se prolonger encore pendant le début du mois de septembre car les bureaux de poste n’ont plus de ressources financières suffisantes pour répondre à la forte demande nationale de leurs usagers.

Soulignons enfin qu’avec ses 25.000 employés, Algérie Poste accueillie plus de 22 millions clients, en assurant quelques 2,8 millions opérations par jour au sein de 4000 bureaux offrant des prestations postales et financières à travers son réseau déployé sur l’ensemble du territoire national.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -