COVID-19. Les 7 wilayas qui abritent la plus forte circulation du virus en Algérie

0
1033

Au moins 7 wilayas connaissent une très inquiétante intense circulation du virus coronavirus COVID-19 en Algérie. C’est ce que nous apprend le dernier bulletin épidémiologique de l’Institut National de la Santé Publique (INSP), un organisme scientifique officiel relevant du ministère algérien de la Santé. 

En effet, d’après cette source scientifique autorisée, entre le 16 et le 31 décembre, au moins sept wilayas ont enregistré une inquiétante augmentation  du taux d’incidence de l’épidémie de la COVID-19. Une augmentation qui dépasse un écart de plus de 20 points en termes d’incidence. Les deux wilayas  Blida et Oran ont même enregistré plus de 30 points de différence. Cela signifie clairement que la circulation du virus est très intense et le nombre des contaminations au sein d’un territoire précis demeure encore effrayante.

Ces sept wilayas sont  Oran (516,56 pour 100 mille habitants au 31 décembre versus 463,94 au 24 décembre), Blida (553,07 pour 100 mille habitants vs 520,52), Alger (397,44 vs 368,93), Mostaganem (199,48 vs 173,89), Constantine (310,06 vs 286,29) et Aïn Temouchent (303,84 vs 283,24 cas pour 100 000 habitants).

Le dernier bulletin épidémiologique de l’INSP nous apprend également que pas moins de quatorze wilayas ont observé durant la même période un écart inférieur à 5 points entre les dates pré citées. Il s’agit d’El Bayadh (71,33), Béchar (101,23) et Tindouf (212,36). Les autres wilayas sont Adrar (137,22 versus 133,74), Tamanrasset (87,83 vs 87,42), Tiaret (107,59 vs 105,01), Djelfa (101,03 vs 97,01), Saïda (20,21 vs 19,25), Annaba (277,02 vs 272,77), Bordj Bou Arreridj (64,03 vs 61,65), Khenchela (166,17 vs 163,28), Mila (83,78 vs 81,95), Naâma (95,64 vs 92,45) et Ghardaïa (105,37 vs 103,66 cas pour 100 000
habitants).

Dans ces wilayas le rythme de progression de l’épidémie de la COVID-19 est beaucoup moins alarmant. Soulignons en dernier lieu que le taux d’incidence correspond au nombre de cas positifs au coronavirus pour 100 000 habitants. C’est ce chiffre qui fait basculer un une région ou un pays dans le rouge et il est calculé à partir des résultats des tests virologiques effectués. C’est l’un des principaux indicateurs surveillés et utilisés par les scientifiques pour observer la circulation du virus sur un territoire déterminé.