5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

COVID-19. La situation reste très préoccupante dans les 6 wilayas les plus infectées en Algérie

- Advertisement -
- Advertisement -

La situation épidémiologique en Algérie reste très préoccupante pour ne pas dire alarmante notamment dans les 5 wilayas les plus infectées par la COVID-19. Le taux d’incidence de l’épidémie du coronavirus dans ces 5 wilayas demeure très élevé et continue d’augmenter dépassant ainsi le seuil d’alerte des 50 cas contaminés pour 100 mille habitants. C’est du moins ce que souligne un rapport officiel réalisé par l’Institut National de la Santé Publique (INSP) en Algérie. 

L’INSP est l’un des rares organismes publics en Algérie qui publie des données scientifiques très fiables sur la situation épidémiologique qui prévaut dans notre pays. Et pour cause, l’Institut National de la Santé Publique a pour objet de réaliser des travaux d’étude et de recherche en santé publique permettant de fournir au ministère de la santé les instruments scientifiques et techniques nécessaires au développement des programmes d’action sanitaire et de promotion de la santé publique et à leur coordination intra et intersectoriel.

Dans son bulletin sur la situation sanitaire du pays datant du 24 août dernier, l’INSP affirme que les 5 wilayas les plus infectées par la COVID-19 sont les wilayas de Tipaza, Sétif, Annaba, Oran, Ouargla, Blida et Tindouf. Partant de ce constat, les experts de l’INSP ont consacré toute une étude épidémiologique à ces wilayas considérées comme les foyers les plus actifs de l’épidémie là où la circulation du virus est la plus active.

 

L’analyse des experts de l’INSP s’appuie sur la forte incidence des cas PCR+ au 24 août dernier. « Les wilayas ayant les incidences les plus élevées, Blida et Tindouf, n’ont pas été prises en compte dans notre analyse, en raison de leur particularité : Blida est en tête depuis le début de cette épidémie et Tindouf a une population réduite par rapport aux autres wilayas, peu de cas entraînant des taux d’incidences élevés », explique de prime abord l’étude de l’INSP dans le souci d’offrir une « photocopie » très précise de l’évolution de la situation sanitaire qui prévaut réellement en Algérie.

Il faut savoir à ce propos qu’au 24 août, les taux d’incidence des cas PCR+ des cinq wilayas sont de : 180,87 cas PCR+ pour 100 000 habitants pour Oran, 162,41 cas pour Ouargla, 160,10 cas pour Sétif, 159,75 cas pour Tipaza et de 151,13 cas pour la wilaya de Annaba. Ce sont des taux très élevés et trois fois supérieurs au seul d’alerte défini par les épidémiologistes qui est de 50 cas pour 100 mille habitants. Au delà de ce seuil, la situation sanitaire est donc vraiment dans le rouge et des mesures préventives sont plus qu’urgentes pour préserver la santé publique.

Certaines de ces wilayas dangereusement infectées par la COVID-19 affichent des augmentations vertigineuses du taux d’incidence. A titre d’exemple, à Annaba  avait une incidence de 82,23 cas pour 100 000 habitants au 05 août. Le 24 août dernier, ce taux d’incidence dépasse les 151 cas pour 100 mille habitants, soit une augmentation  de 83,8 % !

En revanche, concernant les taux d’hospitalisation, les experts de l’INSP constatent une baisse de ces taux pour les wilayas de Annaba, Oran, Ouargla et de Tipaza, et une augmentation pour la wilaya de Sétif. Le rapport de l’INSP se base sur les données recueillies le 24 août et les compare aux données du 21 juillet dernier. Ces taux sont de 18,71 hospitalisations pour 100 000 habitants pour Annaba, au 24 août versus 20,70 au 21 juillet, de 11,73 versus 34,65 pour Tipaza, de 11,64 versus 7,35 pour Sétif, de 8,06 versus 54,40 pour Oran, et de 4,29 versus 32,32 hospitalisés pour 100 000 habitants pour la wilaya de Ouargla.

Le rapport de l’INSP note enfin qu’entre le 25 juillet et le 24 août, la dynamique de l’épidémie s’est totalement modifiée en Algérie. Preuve en est,  Oran (180,87) est maintenant en première position au niveau national en termes d’incidence, suivie de Ouargla qui est toujours en second (162,41). Sétif est reléguée à la troisième place avec 160,10 cas pour 100 000 habitants. Tipaza et Annaba enregistre chacune respectivement 159,75 et 151,13 cas pour 100 000 habitants. En termes d’accroissement, c’est à nouveau Annaba qui observe le taux le plus élevé avec 161,9 % d’augmentation.

Son taux d’incidence a été multipliée par 2,62 entre le 24 juillet le 24 août. Par rapport à l’ensemble des wilayas, elle est actuellement en septième position alors qu’au 27 avril, elle se situait à la trentième place.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -