COVID-19. Inquiétude à Constantine et Oum El Bouaghi, frayeur à Souk Ahras et soulagement à Annaba

0
1275

Attention, l’épidémie de la COVID-19 a repris ses fortes activités et circulations dans plusieurs wilayas de l’est algérien et les augmentations des nouveaux cas contaminés ont atteint des seuils très alarmants, nous apprend ainsi le dernier rapport sanitaire de l’Institut National de la Santé Publique (INSP), un organisme scientifique relevant du ministère de la Santé et chargé de mener des enquêtes sanitaires sur le terrain afin de cerner l’évolution des maladies et épidémies au sein de la population. 

A Constantine, entre le 07 et le 13 février dernier, les experts de l’INSP ont noté une augmentation des nouveaux cas confirmés de COVID-19 qui a dépassé les 28 %. L’alerte doit être donnée dans cette grande wilaya de l’est qui abrite la troisième grande ville du pays après Alger et Oran avec une population dépassant les 500 mille habitants.

Oum El Bouaghi est l’autre wilaya qui a subi une inquiétante augmentation des nouveaux cas de COVID-19 avec un seuil de 60,9 % des nouvelles déclarations entre le 7 et 13 février dernier. Cette hausse des nouveaux cas confirmés risque de susciter des tensions au sein des hôpitaux et structures sanitaires de la ville.

Mais la wilaya la plus inquiétante est Souk Ahras avec une augmentation des nouveaux cas contaminés de l’ordre de… 400 % ! D’après plusieurs observateurs, cette wilaya frontalière subit les conséquences de la situation sanitaire qui s’est dégradée en Tunisie depuis le début du mois de janvier dernier avec des indicateurs totalement au rouge. En Tunisie, 740 nouvelles contaminations par le coronavirus COVID-19 ont été enregistrées, le 13 février dernier, et 36 décès ont été déplorés.

La wilaya de Guelma a connu également une augmentation des nouveaux cas contaminés atteignant les 50 % et demeure l’une des wilayas où le virus a repris une circulation active. Fort heureusement, quelques bonnes nouvelles nous parviennent de plusieurs autres wilayas de l’est algérien. Ainsi, le dernier rapport de l’INSP assure que les nouvelles contaminations sont en baisse de presque 70 % à Annaba, l’autre grande ville de l’est algérien. La population locale peut donc exprimer son soulagement. Par ailleurs, Tébessa peut se réjouir également d’une baisse de plus de 33 % concernant les nouvelles contaminations. Et El Tarf a enregistré également une baisse des contaminations dépassant les 41 % C’est dire que les mesures sanitaires préventives obtiennent des résultats satisfaisants dans certaines régions en Algérie.