COVID-19. Algérie : une augmentation explosive de 85,7 % des nouvelles contaminations en un seul mois

3
1084

Dans l’indifférence générale et faute d’une campagne de vaccination massive de la population algérienne, l’épidémie de la COVID-19 continue de progresser dangereusement à travers toute l’Algérie au risque de provoquer de nouveaux ravages. C’est ce qui ressort du dernier bulletin épidémiologique de l’Institut National de la Santé Publique (INSP), un organisme scientifique officiel relevant du ministère de la Santé qui a pour mission de cerner à travers des enquêtes de terrain l’évolution des épidémies qui menacent la santé publique. 

Les données recueillies par l’INSP sont réellement inquiétantes. Depuis la semaine du 15 au 21 mai, le nombre hebdomadaire des nouveaux cas confirmés de COVID-19 ne cesse
d’augmenter. Preuve en est,  il passe de 1 375 cas entre le 15 et le 21 mai à 2 553 cas entre le 19 et le 25 juin, soit un taux d’augmentation de 85,7 % durant un mois. C’est effrayant car le pays n’a pas pu améliorer son taux de couverture vaccinale et l’Algérie compte à peine 1 million de personnes vaccinées contre la COVID-19, comme il a été révélé récemment par Algérie Part. 

L’INSP note également dans son dernier rapport que la tendance vers la hausse des nouveaux cas continue encore ces dernières semaines et remarque que du 12 au 18 juin) et du 19 au 25 juin dernier, les nouvelles contaminations à la COVID-19 ont enregistré une hausse hebdomadaire de 2,4 % (de 2 492 à 2 553 cas).

Et si une diminution des nouvelles contaminations a été constatée à  Alger, Sétif, Oran, Batna et Blida avec respectivement des baisses à 10,8 % (de 590 à 526 cas), 25,1 % (de 175 à 131 cas), 17,5 % (de 206 à 170 cas), 21,2 % (de 104 à 82 cas) et à 6,6 % (de 137 à 128 cas), d’autres wilayas continuent d’enregistrer des augmentations phénoménales de nouvelles contaminations à l’image de Constantine qui a subi cette dernière semaine une augmentation de 103,1 % (de 96 à 195 cas), 8,7 % (de 115 à 125 cas) pour
Tébessa, de 4,7 % (de 129 à 135 cas) pour Tizi Ouzou et de 2,7 % (de 102 à 107 cas) pour Ouargla.

L’Algérie a énormément intérêt à accélérer la campagne de vaccination pour empêcher l’augmentation des cas graves et une nouvelle saturation de ses hôpitaux.

3 COMMENTS

  1. Encore une fois de la pure désinformation.

    Tout le monde sait que le vaccin ne protège pas de la contamination au Covid19.

    Les augmentations dont vous parlez, même si elles sont réelles, ne font pas ressortir les cas graves et votre conclusion y fait référence, puisque les vaccins préviennent justement et seulement ces cas graves et encore.

    Voyez donc ce qui se passe dans des pays où le taux de vaccinations est important, ce qui ne les empêchent pas d’avoir une flambée de contaminations.

    En un mot comme en mille, les vaccins sont une foutaise car ils sont appelés ainsi alors qu’ils ne le méritent pas, vu qu’ils ne protègent pas des contaminations.

  2. dans des pays (lesquels?) où le taux de vaccinations est important, ce qui ne les empêchent pas d’avoir une flambée de contaminations

    C’est exact mais ce que tu oublies ou que tu ne veux pas dire … c’est que la flambée des contaminations —seproduit parmi les individus— qui n’étaient pas vaccinés.

    Les vaccins Pfiffer et Moderna protègent parfaitement du virus même indien/sud-africain à condition d’avoir reçu les deux doses.

    De toutes façons on verra dans les semaines qui viennent, avec le virus mutant ce qu’il en sera au niveau de nos hôpitaux.

  3. Faux !

    Il faut chercher au lieu d’attendre que cela soit donné. Il y a suffisamment de moyens d’informations pour cela. Par exemple USA, Israël, EAU, Chili, Seychelles ….

    Les contaminations concernent aussi des individus vaccinés, sauf que ces derniers ont des formes moins graves, à voir !

    Les « vaccins » à ARNm ne protègent déjà pas du Covid 19 d’origine, il ne protège pas aussi contre les mutants. Les chiffres sont là pour le confirmer.

    Les  » vaccins  » sont une foutaise basée sur la peur. La mort par la Covid ne représente à peine que 0,15 des contaminés.

    On verra dans quelques mois les retombées sur les  » vaccinés  » qui, comme on l’a vu, ne sont pas totalement immunisés mais qui plus est, auront des graves problèmes de santé dus justement à ces  » vaccins « .