5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

COVID-19. 19 wilayas en Algérie utilisent majoritairement encore le scanner thoracique pour dépister les cas suspects

- Advertisement -
- Advertisement -

Jusqu’au 31 décembre 2020, pas moins de 19 wilayas en Algérie utilisent seulement et majoritairement le scanner thoracique, à savoir l’imagerie médicale, pour dépister les cas suspects de COVID-19. C’est ce que nous apprend du moins le dernier bulletin épidémiologique de l’Institut National de la Santé Publique (INSP), un organisme scientifique officiel relevant du ministère algérien de la Santé. Les données recueillies par l’INSP démontrent que l’Algérie a terminé l’année 2020 avec un manque flagrant et cruel de kits de dépistage PCR. 

Ce qui a pénalisé fortement la lutte sanitaire contre la COVID-19 en Algérie puisque le scanner thoracique n’est pas la méthode de diagnostic la plus fiable scientifiquement pour tracer la circulation du virus et déclarer le nombre précis des personnes infectées.

Le dernier bulletin de l’INSP nous apprend ainsi que 19 wilayas utilisent majoritairement l’imagerie médicale pour le diagnostic de Covid-19 jusqu’au 31 décembre 2020. Parmi elles, dix ont déclaré « 0 » cas confirmés par des tests de dépistage RT-PCR et un nombre variable de cas probables, à savoir les cas dépistés par le scanner thoracique, allant de 1 à 33, soit 20,8 % de l’ensemble des wilayas. Ce sont Bejaïa, Djelfa, Médéa et Bordj Bou Arreridj (Centre), Annaba (Est), Tiaret (Ouest) et, Laghouat, Ouargla, El Bayadh et Illizi (Sud).

Ces wilayas ne déclarent pas beaucoup de cas confirmés COVID-19 parce qu’elles n’ont pas de kits de dépistage PCR pour pouvoir confirmer les cas probables détectés par le scanner thoracique. Ce qui fausse totalement les bilans officiels des autorités algériennes sur l’ampleur de la progression de l’épidémie à travers le territoire national.

Rappelons que les cas probables sont appelés dans le jargon médical les cas TDM+ en référence à la tomodensitométrie, dite aussi scanographie, tomographie axiale calculée par ordinateur ou simplement scanner ou scanneur pour l’appareil qui est une technique d’imagerie médicale utilisée aussi pour détecter les symptômes de la COVID-19 au niveau des poumons des patients ou cas suspects. La tomodensitométrie (TDM) est un examen d’imagerie lors duquel on utilise un ordinateur pour assembler une série de clichés radiographiques afin de créer des images détaillées à 3D des poumons afin de détecter la présence du coronavirus COVID-19.

Dans les pays développés, on réalise la TDM que chez les patients ayant un diagnostic suspecté ou confirmé de Covid-19 et des signes de gravité clinique (dyspnée, désaturation…) initiaux ou secondaires relevant d’une prise en charge hospitalière. Elle peut également se concevoir chez des patients suspects avec comorbidités, en attente des résultats de la PCR, ou en première ligne si les délais et la disponibilité de PCR deviennent limitants, ce qui semble se profiler.

Mais en Algérie, la méthode TDM a totalement remplacé la méthode PCR car la pénurie des kits de dépistage PCR contraint les médecins algériens à affronter l’épidémie en multipliant les examens au scanner thoracique.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

4 COMMENTS

  1. Il semblerait que les tests PCR ne soient pas la panacée pour la lutte contre le Covid d’après certains médecins en France. En effet, ils sont utilisés même en l’abscence de symptômes pour dépister lescas asymptomatiques. Hors, il semblerait d’après des études récentes que les asymtomatiques ne sont pas contagieux, ce qui enlève tout intérêt de leur dépistage. En cas de symptômes du Covid le plus important est de détecter le plus tôt possible une atteinte pulmonaire sognant une pneumonie qui peut être mortelle. Rien ne peut remplacer l’imagerie dans ce cas d’où l’utilité de recourir au scanner qui n’est pas beaucoup plus cher que le test PCR en Algerie et donne un diagnostic immédiat contrairement au test PCR qui requiert au minimum 3 a 7 jours. Dans ces conditions, l’approche diagnostique des hôpitaux algériens est une alternative intéressante étant donné que les scanners sony disponibles un peu partout.

  2. Benali, vous vous trompez un scanner en Algérie pas moins de 10000da et pour un PCR7000 da et chez nous pour une famille de 5 à 6 personnes c’est une ruine pour eux,c’est vrais la santé avant tout mais pour ceux qui n’ont pas les moyens comment feront-ils les pauvres.

  3. Et en plus le scanner thoracique ne diagnostique que les cas avec manifestations pulmonaires et passe à coté de cas symptomatiques sans lésion pulmonaire ,d’ou la sous estimation du nombre de malades covid par TDM
    Nous apprenons que les lésions ne sont pas que pulmonaires ( neurologique ,vasculaires, thrombotiques,cutanés,ORL…;)
    Le scanner ne peut être l’examen du dépistage de masse,mais de l’évaluation de la gravité de l’atteinte pulmonaire