3.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

Coupe du Monde 2022 : les joueurs Algériens ont manqué « d’abnégation » selon un célèbre magazine sportif

- Advertisement -
- Advertisement -

L’Algérie a été éliminée brutalement et dans des conditions troublantes lors du dernier match barrage retour pour les qualifications à la Coupe du Monde 2022 en raison du manque flagrant « d’abnégation » de ses joueurs, a analysé à ce sujet le célèbre magazine sportif français SO FOOT. 

Ce magazine populaire pour ses contenus originaux et sa vision déclarée du Football, donnant la priorité aux histoires, racontées sous l’axe de « la règle des trois H : humour, humain, histoire », a publié une longue analyse de la cruelle défaite de l’équipe nationale de football hier mardi 29 mars sur la pelouse du stade Mustapha Tchaker de Blida.

So Foot a relevé que les joueurs de la sélection nationale de football ont cruellement manqué « d’abnégation » et cette défaillance « ne correspond aucunement » au « standing » de l’Algérie sur la scène mondiale du football. Selon SO FOOT qui s’est fait connaître à maintes reprises pour les longs entretiens avec des personnalités mondiales et ses grosses enquêtes sur les dérives du football international, cette cruelle désillusion face au Cameroun signe aussi la fin d’un cycle pour l’équipe nationale de football.  « Des trentenaires aguerris, auxquels pourraient s’ajouter Raïs M’Bolhi, Aïssa Mandi ou Djamel Benlamri, venus clore ce long bal enchanté, sur une note tristement mauvaise », assure l’analyse de SO FOOT qui n’a pas manqué aussi de remettre en cause divers choix tactiques du sélectionneur Djamel Belmadi.

« Sur le terrain, la faillite s’est d’abord caractérisée par des choix tactiques qui n’auront pas tardé à atteindre leurs limites. Revenu à un historique 3-5-2, mis en place sous l’égide de Rabah Saadane, les inspirations du sélectionneur ne se seront jamais vraiment matérialisées », relève ainsi la même source d’après laquelle il demeure toujours difficile « ainsi d’expliquer les changements tardifs alors que le onze de base nécessitait un sérieux ajustement, au fil d’une partie verrouillée par les Camerounais ».

« Compliqué en effet de demander à Youcef Atal (17 minutes de jeu dans les jambes en ce mois de mars) d’enchaîner les efforts durant près de 120 minutes ou de ne pas voir les difficultés de Ramiz Zerrouki, submergé par la tension palpable et heureusement couvert par le brillant Ismaël Bennacer. D’un point de vue mental ensuite, les Verts ont été les victimes malheureuses de leur propre pression. Menés d’entrée, les Algériens ont plongé dans de trop récurrents travers, précipitant leurs gestes, manquant de sérieuses occasions et laissant l’adversaire installer un faux-rythme, chez eux, devant leur public », estime le même magazine sportif qui nuance tout de même ses propos en affirmant qu’il « serait néanmoins cruel (comme le football) d’imputer cette mauvaise passe au seul Belmadi ».

« Meneur de troupes reconnu, le technicien a effectivement vu ses leaders le lâcher au dernier moment. En tête de liste, Youcef Belaïli », décrypte encore So FOOT qui ne s’est pas montré tendre également avec Riyad Mahrez.

« Vient le tour de Riyad Mahrez. Irréprochable à Manchester City (meilleur buteur du club cette saison avec 22 réalisations), l’ailier et capitaine ne semble plus être concerné en équipe nationale. Depuis près d’un an, et malgré une CAN satisfaisante, ce manque d’abnégation ne correspond aucunement à son standing. Preuve en est, le bilan chiffré de ses cinq dernières sorties internationales : aucun but, aucune passe décisive. Parmi les autres symboles, une attitude parfois désinvolte, observée sur de nombreuses situations critiques », conclut ainsi SO FOOT en avouant que cette défaite est « venue toucher la population algérienne dans l’un de ses seuls plaisirs : le ballon rond ».

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -