Confidentiel. Un important complexe de Gaz Naturel Liquéfié en Algérie à l’arrêt depuis février 2022 provoquant de graves préjudices financiers

0
352

Le complexe de production de gaz naturel liquéfié (GNL) GNL3Z situé à Arzew est à l’arrêt depuis le mois de février 2022 privant ainsi l’Algérie d’une production annuelle évaluée à plus de 4,3 millions de tonnes de GNL, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. Il s’agit de l’un des plus importants complexes de production de GNL en Algérie. 

Cette panne de production a été provoquée par l’indisponibilité d’une importante pièce de rechange qui assure le fonctionnement de la principale turbine générant la vapeur pour le processus de liquéfaction du gaz naturel. Cette pièce est appelée « Arbre de turbine » et il s’agit d’un composant indispensable au fonctionnement de l’équipement le plus central et névralgique d’un complexe de production GNL.

Selon nos sources, ce composant doit être importé depuis l’Italie, mais il fait l’objet depuis plusieurs mois d’une forte demande mondiale en raison de l’accélération de la production internationale du GNL avec la forte progression de la consommation mondiale. D’après les informations confirmées par nos investigations, la direction générale de Sonatrach avait pris très à la légère ce problème technique et n’avait pas entamé sérieusement les démarches nécessaires pour commander et acquérir dans les délais impartis cet « arbre de turbine ».

Les conséquences de cette  mauvaise gestion avérée sont gravissimes puisque l’Algérie est privée d’une importante production de GNL qu’elle aurait pu exporter vers l’étranger pour profiter des cours mondiaux très élevés en ce moment de cette énergie très prisée et recherchée dans le monde entier.

Il est à signaler enfin qu’après une envolée des prix exceptionnelle les jours suivant l’invasion de l’Ukraine début mars, les prix sont retombés à des niveaux de l’ordre de 20$/MBtu à 30$/MBtu jusqu’à la mi-juin. En Europe, la douceur des températures, la forte baisse de la consommation gazière, la croissance des importations de GNL et les taux de remplissage élevés des stocks ont exercé un effet modérateur sur les prix. Mais depuis la mi-juin, la réduction brutale des livraisons de gaz russe par le gazoduc Nord Stream et l’arrêt d’une usine d’exportation de GNL américaine ont provoqué une nouvelle flambée des prix.

Au second trimestre 2022, le commerce mondial de GNL est estimé en hausse de 3 % par rapport à l’année précédente. L’offre mondiale de GNL a continué à augmenter sous l’impulsion des exportations américaines, mais cette croissance marque cependant un ralentissement par rapport au premier trimestre (+ 5,5 %) en raison d’une moindre disponibilité de l’offre de GNL.

Les importations de GNL en Europe ont poursuivi leur forte croissance par rapport à 2021, alors que la demande de GNL asiatique a continué à baisser, en raison de la crise Covid en Chine et des prix élevés du GNL qui affectent sa compétitivité. La prime du prix européen par rapport au marché asiatique permet d’attirer les cargaisons de GNL, en particulier des Etats-Unis. L’afflux de GNL en Europe a permis de compenser en partie la chute des livraisons de gaz russe et de maintenir des taux de remplissage élevés des stockages dans un contexte de faible demande.

Avec l’arrêt de production du complexe GNL3Z, le plus récents des complexes de production en Algérie inauguré en 2014, l’Algérie se prive d’une très précieuse opportunité d’augmenter ses revenus en devises en renforçant ses exportations. L’Algérie exportait en 2019 jusqu’à plus de 3,7 milliards de dollars USD de GNL. Cette manne financière est en baisse drastique à cause des multiples problèmes et pannes de production constatés dans les 6 complexes de production répartis à Skikda et Arzew.