Confidentiel. Testés positifs au COVID-19 en Chine, les PNC d’Air Algérie « relâchés en pleine nature » à leur retour au pays

0
1106

Les dysfonctionnements du système sanitaire algérien se multiplient et les bourdes des autorités algériennes confirment une nouvelle fois que rien n’est encore maîtrisé concernant la lutte contre la pandémie de la COVID-19. L’histoire des trois membres de l’équipage d’un avion d’Air Algérie refoulé par les autorités chinoises à Pékin démontrent parfaitement ce constat amer. 

En effet, comme il avait été révélé en exclusivité par Algérie Part, jeudi 24 septembre dernier, les autorités chinoises ont refoulé un avion d’Air Algérie après avoir soumis au dépistage les membres de son équipage. Trois membres du Personnel naviguant commercial (PNC), à savoir des stewards ou hôtesses, ont été testés positifs au COVID-19 à la suite des tests effectués par les équipes des autorités sanitaires chinoises déployées à l’aéroport de Pékin. Les trois PNC algériens ont été ainsi confinés pendant 24 heures dans des baraques de fortune à Pékin avant d’être contraints de reprendre leur avion et de repartir en Algérie. Les autorités de l’administration civile chinoise ont annulé le vol programmé par Air Algérie pour rapatrier plus de 200 ouvriers chinois qui travaillent pour le compte de plusieurs sociétés et compagnies chinoises implantées en Algérie.

A leur retour à Alger, les trois PNC ont été transférés à l’hôpital El Kettar qui dispose de trois services d’infectiologie. Malheureusement, aucune prise en charge médicale n’a été prescrite pour ces trois PNC porteurs du coronavirus COVID-19 ! Et pour cause, les médecins d’El Kettar ont expliqué aux trois personnes infortunées que leur établissement hospitalier fait face à une pénurie de réactifs, à savoir la substance chimique utilisée pour la détection du génome du virus par RT-PCR. Sans ces réactifs, il est impossible de réaliser un test de dépistage PCR. Les trois PNC ont été ainsi priés gentiment de quitter l’hôpital pour rentrer chez eux. Trois personnes contaminées ont été ainsi « relâchées en pleine nature » sans aucune prise en charge médicale ou examen approfondi. Les trois PNC testés positifs au COVID-19 se trouvent en ce moment à Alger abandonnés à leur sort et totalement désorientés. De son côté, la direction générale d’Air Algérie n’a absolument entrepris aucune démarche pour assurer la protection de la santé de son personnel face au risque  sanitaire élevé en cette période de pandémie de la COVID-19. Comment peut-elle dans ces conditions reprendre le trafic aérien international lors de l’ouverture des frontières aériennes du pays ?