13.9 C
Alger
samedi, février 4, 2023

Confidentiel. Sid Ali Khaldi privé de deux sorties à Oran et Tiaret après sa bourde méprisante

- Advertisement -
- Advertisement -

Le ministre de la Jeunesse et des Sports Sid Ali Khaldi vient d’être interdit de se rendre sur le terrain à l’occasion de deux visites qu’il devait effectuer cette fin de semaine à Oran et Tiaret pour participer aux derniers jours de la campagne électorale pour le référendum sur la Nouvelle Constitution prévu le dimanche 1er novembre prochain. Selon nos sources, Sid Ali Khaldi a été instruit de ne plus se rendre à des meetings ou évènements publics tant que l’opinion publique ne s’est pas remise de sa vive colère à son encontre à la suite de l’immense bourde méprisante qu’il avait commise le 22 octobre dernier en affirmant publiquement que les opposants et les citoyens en désaccord avec le contenu de la Nouvelle Constitution doivent quitter le pays ! 

Pour éviter de nouveaux dérapages et afin de ne pas provoquer l’exaspération d’une opinion publique choquée et révulsée par les propos inqualifiables de Sid Ali Khaldi, le gouvernement algérien a préféré mettre sur la touche l’actuel ministre de la Jeunesse et des Sports. Une décision qui intervient dans un contexte très houleux où les autorités algériennes craignent des débordements majeurs à l’occasion de la tenue du scrutin sur l’adoption de la Nouvelle Constitution.

La colère populaire monte crescendo et les dérapages multiples des ministres algériens ne font qu’aggraver les frustrations collectives de la société algérienne qui se sent plus que jamais étouffée et enfermée dans un carcan autoritaire de plus en plus insupportable.

Hier mardi, le ministre de l’Industrie Ferhat Ait-Ali dans la wilaya de Tizi Ouzou a tourné au cauchemar car il a été chassé tout simplement de la ville d’Ain El Hammam par des citoyens en colère qui rejettent toute force de collaboration avec ce gouvernement qualifié d’illégitime multipliant les casseroles. Ferhat Ait-Ali n’a dû son salut qu’aux policiers déployés par centaines autour du centre culturel « Matoub-Lounès » où il avait animé un meeting face à un public peu nombreux. Les habitants d’Ain El Hammam avait donc gâché cette visite de campagne électorale qui avait déguisée en visite de travail et d’inspection. Le controversé Sid Ali Khaldi a été contraint de rester sagement dans son bureau à Alger pour ne pas vivre de telles scènes humiliantes.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -