5.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

Confidentiel. Secrets des généraux et dirigeants algériens : si les mûrs de l’hôtel Arts de Barcelone pouvaient parler…

- Advertisement -
- Advertisement -

Il n’y  a pas que Paris où la nomenklatura algérienne venait s’éclater à l’abri des regards indiscrets des algériens les plus pauvres et défavorisés, privées des jouissances des richesses de leur pays. A Barcelone, la majestueuse ville espagnole, un lieu précis et très chic a abrité les folles nuits des dirigeants et généraux algériens pendant des années. Ce lieu est l’hôtel Arts de Barcelone. 

Un prestigieux hôtel où les oligarques algériens offraient régulièrement des séjours aux enfants et familles des dirigeants militaires et politiques du régime en échange de leurs « faveurs politiques ou économiques ». Selon nos investigations, depuis 2013/2014, des richissimes oligarques comme Mohamed Laid Benamor, le patron du groupe Benamor, l’une des plus grosses fortunes du pays, ex-vice président du FCE, le patronat algérien, d’Ali Haddad, et bailleur de fonds majeur des campagnes d’Abdelaziz Bouteflika, s’offrait dans cet établissement une « suite luxueuse » tout au long de l’année.

Une suite qu’il cédait, par la suite, aux enfants des généraux les plus influents de l’armée algérienne pour s’offrir leur protection. Ainsi, les enfants du général Boustila, l’ex-patron de la gendarmerie nationale mort en 2015, fréquentaient assidument cette  suite royale louée par Benamor. On y croisait également dans les allées de cet hôtel de Barcelone, les Sana Belkecir, la jeune fille du général Belkecir, lui-aussi ex-patron de la gendarmerie nationale, connue pour sa vie mondaine et son pendant pour le luxe.

Cet hôtel de Barcelone abritait également les escapades mystérieuses et romantiques d’Abdesslam Bouchouareb, l’ex-ministre de l’Industrie de 2014 jusqu’à 2017, et principal artisan des réseaux affairistes du clan Bouteflika. Les enfants d’Abdelmadjid Sidi Said, l’ex-patron et homme fort de l’UGTA, et ambassadeur de la « chitta politique » en faveur du régime algérien, fréquentaient régulièrement les chambres luxueuses de cet hôtel à Barcelone.

Le fils du défunt général Smail Lamari et même le très discret Sidi Ali Mediène, le fils du général Toufik, séjournaient dans cet hôtel où tous les conciliabules politiques les plus discrets étaient organisés pour prendre des décisions politiques ou conclure des deals de business en présence de Karim Kouninef, l’un des frères Kouninef, famille richissime et influente en raison de sa proximité avec Said Bouteflika.

Plusieurs autres dignitaires militaires profitaient des séjours confortables au sein de cet hôtel dont des actuels hauts responsables du ministère de la Défense nationale composant la chasse gardée d’Ahmed Gaid Salah, chef d’Etat-Major de l’ANP. Algérie Part publiera de nouvelles révélations dans ses prochaines publications.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -