Confidentiel. Prise en charge médicale des brûlés : plusieurs médicaments et instruments font l’objet de pénurie en Algérie

0
382

Au moment où l’Algérie fait face aux conséquences désastreuses des feux de forêt qui ravagent de nombreuses wilayas du nord du pays, les hôpitaux publics manquent cruellement de médicaments et d’instruments indispensables à une prise en charge médicale convenable et correcte des victimes brûlées dans ces incendies. 

En effet, Algérie Part a pu confirmer au cours de ses investigations que plusieurs hôpitaux publics ne disposent pas d’un stock suffisant de certains médicaments ou équipements médicaux essentiels pour dispenser des soins urgents ou intensifs aux brûlés des incendies de forêt. Il s’agit notamment d’instruments incontournables pour accomplir des urgences chirurgicales comme les lames de bistouri ainsi que tous les types de sonde médicale, à savoir un tube fin habituellement en matière plastique souple qui peut être introduit dans le corps. Il faut savoir que les sondes sont des dispositifs médicaux et sont prescrits par des médecins notamment pour les patients nécessitant des interventions chirurgicales comme les brûlés.

Ces instruments sont, malheureusement, en rupture de stock depuis plusieurs mois en raison de l’annulation ou le non-achèvement de plusieurs appels d’offres lancés en octobre 2021 par la Pharmacie Centrale des Hôpitaux (PCH), l’institution en charge de l’approvisionnement des hôpitaux algériens en médicaments et produits pharmaceutiques. 

Selon nos investigations, des médicaments stratégiques manquent cruellement dans les stocks des hôpitaux publics. Il s’agit de l’albumine, une substance qui est prescrite en cas de suspicion de maladie hépatique ou rénale. Cette substance permet aussi de mesurer la quantité de protéines dans le sang si le médecin suspecte une baisse. D’autres produits de base font l’objet d’une alarmante pénurie alors qu’ils sont indispensables pour le traitement des brûlés à l’image du pansement gras vaseliné stérile qui est un pansement composé de gaze hydrophile 100% coton imprégné d’une vaseline blanche empêchant l’adhérence à la plaie.

La flammazine est également indisponible dans de nombreux hôpitaux algériens alors que cette  crème contient un antibiotique de la famille des sulfamides, associé à un sel d’argent antiseptique, qui est utilisée dans la prévention et le traitement des infections après une brûlure du second degré. Soulignons enfin que ces médicaments et traitements sont souvent disponibles dans les pharmacies privées, mais la PCH peine encore à les livrer aux hôpitaux publics qui en ont cruellement besoin pour soigner les victimes des feux de forêt.