12.9 C
Alger
lundi, février 6, 2023

Confidentiel. Les services secrets algériens enquêtent sur des appels mystérieux annonçant une bombe à bord d’un vol d’Air France

- Advertisement -
- Advertisement -

C’est une affaire totalement affolante qui a été étouffée secrètement à Alger. Et pourtant, elle fait l’objet d’une enquête très approfondie menée depuis plusieurs jours par une brigade spécialisée des services secrets algériens, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. Cette affaire porte sur des appels mystérieux annonçant la présence d’une bombe à bord d’un vol d’Air France, a-t-on pu apprendre encore au cours de nos investigations. 

Les faits remontent au jeudi 3 juin dernier. La direction de la sécurité aéronautique (DSA) d’Alger reçoit un appel de la part d’une personne qui se présente sous l’identité de Noureddine Baghdad Daidj, le directeur de cabinet du Président de la République Abdelmadjid Tebboune. La personne au bout du fil demande aux contrôleurs aériens d’autoriser en toute urgence l’atterrissage d’un avion d’Air France reliant N’Djamena (Tchad) à Paris pour des raisons sécuritaires. Le mystérieux « conseiller » de la Présidence algérienne assure qu’il y a une bombe à bord de l’avion et qu’il faut à tout prix programmer son atterrissage à Alger pour désamorcer l’engin explosif.

Les contrôleurs de la direction aéronautique d’Alger ont refusé de suivre les consignes de cet appel étrange et intrigant. Le même appel a été ensuite enregistré au niveau des directions de la sécurité aéronautique de Biskra et de Béjaia. Les contrôleurs aériens relevant de l’Établissement national de la navigation aérienne (ENNA) ne sont pas tombés dans le piège et ils ont refusé de donner une suite favorable aux demandes insistantes de ce soi-disant « Conseiller » de la Présidence algérienne.

Cependant, pris de panique, un jeune contrôleur aérien de la DSA de Béjaia, un débutant, s’est connecté pendant le vol à la fréquence de la radio afin de s’adresser au pilote et l’informer en urgence du risque élevé de la présence d’une bombe à bord de son vol.  Selon nos sources, ce jeune contrôleur aérien de Béjaia a agi seul et dans la précipitation sans se référer au centre de contrôle régional relevant de l’ENNA qui est basé à Alger.

L’appareil d’Air France a traversé ainsi le ciel algérien dans un climat de vive tension. Mais  ll n’a jamais été autorisé à se poser sur un aéroport algérien. Et tout au long de ce vol, personne n’a pu déterminer les raisons pour lesquelles l’auteur de l’appel a choisi l’Algérie pour semer la terreur à bord d’un vol d’Air France.

L’avion n’a pas été dérouté. Deux avions de chasse de l’armée de l’Air française avait alors décollé de la base de Saint-Dizier pour venir à la rencontre de l’appareil et l’escorter jusqu’à Roissy Charles de Gaulle, sa destination finale. Mais il a été isolé pendant plusieurs heures pour permettre aux forces de sécurité de le fouiller minutieusement.  Une équipe d’alerte du GIGN, une unité d’intervention spéciale de la Gendarmerie française, avait immédiatement été envoyée sur place.

A Paris, une cellule de crise interministérielle a été ouverte jeudi sur une suspicion de présence d’un engin explosif à bord de cet avion ayant assuré le vol Ndjamena-Paris. L’appareil s’était posé à Roissy à 16h01 et avait été isolé immédiatement. Les passagers ont débarqué sans aucun incident et l’alerte a été levée à la suite des fouilles minutieuses menées par des enquêteurs français chevronnés. Tous les doutes ont été finalement levés en fin de journée.

A Alger, les services de sécurité ouvrent très rapidement une enquête et convoquent tous les contrôleurs aériens mobilisés le jeudi 3 juin dernier. L’appel ayant donné l’alerte a été bel et bien enregistré par les services de l’ENNA et les services algériens tentent de le tracer pour retrouver son véritable auteur.

Au sein de l’ENNA, le chef de département de la circulation aérienne, Boutawa Abderrahmane et le directeur de la sécurité aéronautique, Aidoude Mahmoud, ont imposé le silence total autour de cette affaire ordonnant à tout leur personnel de ne jamais ébruiter la moindre information. L’affaire est jugée trop sensible et l’enquête sécuritaire n’a toujours pas livré des réponses à de nombreuses questions qui restent en suspens.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

5 COMMENTS

  1. Encore une histoire a dormir en marchant pas uniquement debout. Question gratuite: Pourquoi les receveurs du coups de telephone n’ont pas alerter les services concernant. Les generaux genocidaires Algeriens avec les services d’insecurite criminels du monde entier, les racistes et colonialistes francais inclu ont un protocol (national et international) et un systeme a initier avec une (des) cellules de crise.

    Le terrorisme est l’alibi qu’ont entre les mains les criminels qui gouvernent a travers leurs services d’insecurites pour confisquer les liberte’ et les droits des personnes et des peuples.

  2. comme l’histoire se repete:et « general  » Tewfik et ses services a la parade,ca nous rappelle etrangement le detournement de l AIRBUS AIR FRANCE EN 1994 pour menacer la france indirectement
    waw fakou bik ya si Tewfik, on est en 2021 : degage toi et ton bulldog nezzar et laissez l’Algerie s’epanouir une fois pour toute pcq vous avez fait bcp de mal a notre pays et a son peuple.

  3. Tewfiq et Nezzar sont remplacés par les makistes et les salafistes qui se réclament du Hirak à travers leurs manifestations devenues insignifiantes et pour lesquelles l’immense majorité des algériens n’adhèrent plus….

    La maturité des algériens est à féliciter par ailleurs…Ils savent qui Ils sont et ce qu’ils veulent….Et c’est sûrement pas ce bric à brac de laicards enragés et de salafistes débiles qui marchent ensemble…

  4. On voit bien que votre journal est alimenté par des personnes haut placées aussi bien en France qu’en Algérie
    Vous écrivez que suite à vos investigations etc…..
    Faut il vraiment évoquer cet incident avant d’avoir des précisions sur l’origine, qui est derrière…
    Est ce vraiment de l’information ?
    Irresponsable et affligeant à la fois
    J’ajouterai LAMENTABLE

  5. Ca y est ! Le terrorisme est à nos portes !
    Allez voter les petits et restez chez-vous bien au chaud.
    On s’en occupe, comme dans les années 90 !
    30 après, c’est le retour des justiciers expérimentés !
    Et ça repart pour un tour !