Confidentiel – Les renseignements extérieurs algériens dans la tourmente

6
1846

Faisant face à d’urgents défis internes sur le plan politique, économique et social, l’Algérie doit par ailleurs répondre aux très importantes évolutions géostratégiques touchant la région afin d’assurer la sécurité de la Nation.

En effet, notre pays est soumis à de dangereuses manœuvres hostiles à sa frontières ouest avec le Maroc, tout comme Alger s’inquiète de l’enlisement de la crise politique en Tunisie, ainsi que de l’instabilité sécuritaire en Libye et dans la région du Sahel.

Le renseignement est une activité stratégique décisive pour la défense et notre sécurité nationale et un atout essentiel pour détecter, prévenir et entraver les menaces contre l’Algérie et ses citoyens.

Un des rôles des services de renseignements extérieurs est de repérer et de contrarier, hors du territoire national, les activités hostiles dirigées contre les intérêts de l’Algérie, dans le but d’anticiper leurs conséquences, d’en informer les organismes concernés et de fournir une synthèse des renseignements recueillis.

Or il s’avère que la Direction de la Documentation et de la Sécurité Extérieure (DDSE), une des branches des services secrets algériens, souffre depuis plusieurs mois d’une grave crise interne à cause de l’incompétence de ses responsables. Qu’on en juge !

Le Général-Major Mahfoud, de son vrai nom Noureddine Mekri, est le responsable actuel de la DDSE.

Agé de plus de 70 ans, il est dans l’incapacité physique d’assurer sa mission, se déplaçant que très difficilement suite à une chute qui le handicape sérieusement.

Le deuxième responsable de la structure vient d’être recadré par la plus haute hiérarchie militaire suite à des manquements répétés et à la transmission de nombreux rapports erronés.

Le lieutenant-Colonel Ramel Amirat dit Tarek, qui avait été parachuté à la tête de l’antiterrorisme au sein de la DDSE, a été, selon nos informations, radié de l’armée !

Selon les mêmes sources, celui qui avait été en poste en qualité de responsable du bureau de sécurité à l’Ambassade d’Algérie à Rome puis à Paris, va très vraisemblablement retourner à la case prison dans les prochaines semaines.

Rappelons que le désormais ex militaire Amirat, très proche de Said Bouteflika, avait déjà séjourné en prison militaire à Blida avant d’être réhabilité, grâce aux relations entretenus par sa famille avec la haute hiérarchie militaire.

De nombreux autres cadres et personnels de la DDSE ont également été entendus par les services de la Direction de la Sécurité de l’Armée (DCSA) dans le cadre d’une vaste enquête de corruption interne.

Le Renseignement extérieur n’a jamais vécu une situation aussi dangereuse depuis sa création. Ses différents responsables et certains cadres qui se sont succédés depuis quelques années n’ont fait qu’affaiblir l’institution militaire et les institutions civiles de l’État, plus fragilisées que jamais !

A quand le grand nettoyage ?

6 COMMENTS

  1. Ya si Abdou, si je comprends bien ce que vous nous dites ,les renseignements intérieurs sont beaucoup plus fortiche que ceux de l’extérieurs, il n’ya qu’à voir le nombre d’arrestations journalières parmi les terroristes hirakistes , journalistes,makistes et autres rachadistes , a mon avis ils devraient faire un échange entre ces deux services et leurs adjoindre quelques mouches pour les épauler.
    Plus sérieusement, la junte devrait faire très attention à l’ennemi extérieur et foutre la paix aux citoyens qu’ils considère comme des ennemis de l’intérieur, nous qui avons prouvé de tout temps notre patriotisme envers la nation, que ça soit pendant la guerre d’indépendance où celle du terrorismes.
    Pauvre de nous et pauvre Algérie.

  2. C’est le énième article qui traite de ce général-major patron de la DDSE décrit comme incompétent et incapable physiquement d’assumer convenablement ses fonctions à ce poste stratégique. On dirait que c’est pour saboter la DDSE que l’on a nommé ce général à sa tête. Je ne suis pas d’accord avec le fait de toujours citer son âge (70 ans) comme facteur aggravant. Il est plus jeune que Tebboune, que Chengriha, que Joe Biden, que Donald Trump et à peine plus âgé qu’Angela Merkel (67 ans), pour ne citer que ceux-là. C’est certainement plus son état de santé que son âge qui explique son incapacité à répondre aux exigences de ce poste trop grand pour lui. Mais alors, pourquoi est-il à la tête de DDSE? Boune quistiou, comme dirait l’autre.

  3. Abdou Semmar peut- il nous détailler les manœuvres imaginaires et hostile à la frontière marocaine de la part du Maroc? Pour l’instant on ne voit des hostilités et de la propagande paranoïaque que de la part de l’armée algérienne. Merci de ne pas relayer les delires de Chengriha, le criminel de guerre.

  4. Mince….Les mouches à khra marocaine qui se contredisent avec Zemmar….vite il faut lui couper les vivres….. hahahahahaha…

    Balouuuu ma lâche tafiole…ne parle pas d’Algérie que tu insulte tout le temps… parle nous de l’indépendance de ton douar à chiotte plutôt.. l’Algérie c’était votre Vache à lait…Sale race

    🙂