14.9 C
Alger
samedi, février 4, 2023

Confidentiel. Le retour en force du colonel Kamel Remili au ministère de la Défense nationale

- Advertisement -
- Advertisement -

Le colonel Kamel-Dine Remili, l’homme qui avait dirigé les services de Renseignements Extérieurs algériens entre avril 2019 et avril 2020 date à laquelle il a été remplacé par le général-major Youcef Bouzit, un autre revenant au plus haut sommet du pouvoir algérien, est pressenti pour occuper le poste de premier responsable de la direction de la relation extérieure et de la coopération internationale au ministère de la Défense Nationale, a appris Algérie Part au cours de ses investigations. 

Selon nos sources, après avoir cédé sa place à Youcef Bouzit, à la tête de la Direction de la documentation et de la sécurité extérieure (DDSE), Kamel Remili n’a pas été entièrement éjecté de l’institution militaire. Il échappe même à la purge menée contre le clan de Wassini Bouazza, l’ex-puissant général et patron de la Direction générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), à savoir la principale et plus puissante branche des services secrets algériens.

Il faut savoir qu’effectivement Kamel Remili a été placé en avril 2019 à la tête de la DDSE par Wassini Bouazza. Les deux hommes sont amis, et voisins du même quartier à Alger, depuis plusieurs années. Mais contrairement aux autres officiers supérieurs et collaborateurs de Wassini Bouazza, Kamel Remili n’a pas fait l’objet d’une enquête judiciaire au niveau du tribunal militaire de Blida parce qu’il était apprécié pour sa neutralité et son professionnalisme à la tête de la sécurité extérieure. C’est ce qui lui a valu, assurent nos sources, d’échapper à la machine de vengeance orchestrée par les adversaires du général Wassini Bouazza. Ce dernier, placé sous mandat de dépôt depuis le 14 avril dernier, croupit à la prison militaire de Blida après avoir goûté aux luxes d’un pouvoir absolu sous l’ère du défunt Ahmed Gaid Salah.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

1 COMMENT

  1. Pour moi le constat est très simple. Quand vous écrivez « a appris Algérie Part au cours de ses investigation » cela ne peut dire qu’une chose. C’est que vous avez vos entrées dans le cercles très restreint des services de renseignements. Car là on parle d’un domaine TOP SECRET !
    Expliquez-nous comment vous pouvez avoir des informations « aussi sensibles » sur le fonctionnement et les nominations dans ces services?
    Vos information sont obtenues à partir de personnes qui font partie de ce système que vous décriez à longueur de journée. Il y a anguille sous roche. En vérité, vous êtes très bien avec ce système à un point ou vous avez des copains au sein de son système de sécurité.
    In finie, vous reprochez quoi à ce système ?