8.9 C
Alger
jeudi, février 9, 2023

Confidentiel. Le promoteur, le chef de sûreté et le troublant « beau-frère » du Président

- Advertisement -
- Advertisement -

A Oran, vendredi soir, un diner a réuni trois personnages très sulfureux. L’organisateur de ce diner s’appelle Kaibiche Abdellah, un businessman qui habite à Mesra, une ville située à 20 KM de Mostaganem, et promoteur immobilier qui développe l’essentielle de ses activités dans la wilaya d’Oran. Kaibiche Abdellah, très proche des dirigeants du FLN ces dernières années, a invité à ce diner le chef de sûreté de la wilaya de Mostaganem, Hamouni Mohammed. Et la troisième personne qui a été généreusement conviée à ce diner est un troublant personnage appelé Mohamed Cheikh Salem, un homme de réseau à Oran qui prétend être le beau-frère du Président… Abdelmadjid Tebboune ! 

Difficile de vérifier, pour l’heure, si ce monsieur entretient réellement des liens de parenté avec le Président algérien comme il le prétend. Mais force est de constater tout de même que ce Cheikh Salem est un puissant lobbyiste dans l’ouest du pays qui arrive à ouvrir les portes des institutions les plus sensibles de l’Etat. C’est, d’ailleurs, pour cette raison que le chef de sûreté de la wilaya de Mostaganem a voulu absolument le rencontrer. Et pourquoi ?

La DGSN connaît en ce moment un large mouvement au sein de ses chefs des sûretés des wilayas et Hamouni Mohamed, un commissaire divisionnaire impliqué dans plusieurs scandales de corruption et trafic d’influence à Mostaganem, cherche désespérément une intervention pour « sauver sa peau » et se maintenir dans ses fonctions. Et pour ce faire, il lui fallait solliciter l’intervention d’un « haut placé » discret proche de l’entourage du Chef de l’Etat, à savoir un lobbyiste qui peut insuffler son nom à la direction générale de la DGSN pour obtenir une « faveur présidentielle ». En contrepartie de ce « service », Hamouni Mohamed s’est engagé à verser « un cadeau » de 2 milliards de centimes. Une somme qu’il peut facilement mobiliser auprès de ses amis les businessmans de Mostaganem avec lesquels il entretient une relation très « affectueuse » au regard de leurs intérêts mercantiles communs dans cette wilaya stratégique de l’ouest du pays.

A la fin du diner, Hamouni Mohamed est sorti avec un large sourire au visage. L’affaire semble avoir été conclue. Reste maintenant à confirmer si « l’intervention » finira par payer réellement. Décidément, oui ! A la DGSN, des sources assurent à Algérie Part que Hamouni Mohamed va être maintenu dans son poste, même si pour l’heure aucune décision officielle n’a été prise, et il risque même d’être promu à un grade supérieur, celui de contrôleur de police. Qui dit mieux ? La nouvelle Algérie est encore plus belle que… l’ancienne.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -