Confidentiel. Le PDG de Sonatrach envoie le directeur de la raffinerie d’Alger… à l’hôpital

0
338

Le directeur général de la raffinerie d’Alger, à savoir la raffinerie de Sidi R’cine à l’Est d’Alger, Hasni Boukhalfa a été hospitalisé récemment en raison d’un malaise cardiaque survenu à la suite d’une vive altercation l’ayant opposé au PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Hasni Boukhalfa devra, selon nos sources, subir une délicate opération chirurgicale pour préserver sa vie et retrouver un tant soit peu sa santé. Le directeur général de la Raffinerie d’Alger a subi d’énormes pressions de la part de la direction générale de Sonatrach en raison de la panne qui paralyse actuellement les installations de la seule raffinerie de la capitale algérienne. Comme il avait été révélé le 31 mai dernier par Algérie Part, la raffinerie de Sidi R’cine à l’Est d’Alger est à l’arrêt depuis plus d’un mois en raison d’une importante panne technique provoquée par les problèmes de maintenance ayant occasionné l’immobilisation de l’unité principale de cette raffinerie.

Le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a fait le forcing afin de contraindre Hasni Boukhalfa de rédiger un rapport dans lequel il doit maquiller cette panne en un « arrêt de maintenance programmé ». Or, le directeur de la raffinerie d’Alger a refusé de mentir et d’établir ce rapport circonstancié trompeur et fourbe que Toufik Hakkar voulait remettre au Premier-ministre, Aïmene Benabderrahmane, ainsi qu’à la Présidence de la République pour fournir des justificatifs pouvant légitimer l’arrêt de production de la raffinerie d’Alger et protéger ainsi ses « arrières » dans ce dossier qui pourrait lui valoir un sérieux blâme des autorités suprêmes de l’Etat en raison de l’impact potentiel de ce problème sur la distribution des carburants à l’échelle nationale notamment au niveau de la Capitale Alger.

Hasni Boukhalfa a refusé d’obtempérer au diktat de Toufik Hakkar provoquant le courroux de ce dernier qui s’en est violemment pris à son interlocuteur lors d’une réunion de travail en des termes humiliants, méprisants et insultants. Cette altercation a porté un coup fatal à la santé fragile du directeur général de la raffinerie d’Alger qui a subi dans le sillage de cet incident un inquiétant malaise cardiaque nécessitant son hospitalisation.

Signalons enfin que c’est la direction générale de Sonatrach qui avait fait parvenir une instruction ferme  aux responsables en charge de la gestion de la raffinerie de Sidi R’cine leur intimant l’ordre de ne pas programmer les travaux de maintenance au niveau des principaux équipements de cette raffinerie. Ces travaux de maintenance devaient se dérouler sur 3 phases nécessitant ainsi la mise à l’arrêt momentanée de l’ensemble des unités de la raffinerie. Mais la direction générale de Sonatrach concentrée uniquement sur son « agenda politique »  avait exigé le report de ces phases de maintenance sans prendre en considération les conséquences alarmantes des éventuelles difficultés techniques qui apparaissent lorsque des équipements sensibles ne sont pas minutieusement révisés ou examinés afin de parer au moindre risque de panne.