Confidentiel. Le général-major Sid Ali Ould Zemerli relâché après avoir été interrogé à la caserne Antar

0
344

Après avoir été soumis à un interrogatoire minutieux concernant les soupçons qui pèsent à son encontre dans le méga-scandale de « complot contre la sécurité nationale » qui a éclaté le 14 août dernier comme il a été révélé dans nos précédentes publications, le général-major Sid Ali Ould Zemerli, chef de la direction Centrale de la Sécurité de l’Armée (DCSA), a été relâché par les enquêteurs du Centre Principal des Opérations (CPO) de Ben Aknoun, à savoir la célèbre caserne Antar, relevant de la Direction générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), la principale branche des services secrets algériens, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Ce haut gradé qui dirige la DCSA depuis mars 2020 a pu ainsi repartir librement après avoir répondu à plusieurs interrogations soulevées par les enquêteurs du CPO d’Antar au sujet des agissements indélicats de plusieurs de ses agents et collaborateurs qui ont été identifiés comme faisant partie du complot fomenté par des officiers du renseignement militaire et extérieur dans le but de déstabiliser de nombreux dirigeants civils et militaires occupant des fonctions importantes au plus haut sommet de la hiérarchie de l’Etat.

Le général-major Sid Ali Ould Zemerli s’est retrouvé sur « le bancs des personnes suspectes » dans ce dossier depuis l’arrestation et puis l’incarcération de son propre frère, le colonel Omar, ex-officier de la DCSA à la retraite, identifié par les enquêteurs du CPO d’Antar comme le principal cerveau des opérations de ce réseau d’officiers comploteurs ayant volé, détourné et falsifié des informations classées Secret Défense pour les divulguer ensuite à des relais médiatiques et propagandistes établis à l’étranger notamment à Londres.

La remise en liberté du général-major Sid Ali Ould Zemerli ne signifie pas, pour autant, qu’il ait été écarté définitivement de la liste des personnalités suspectées d’avoir joué un rôle actif dans ce vaste complot contre la sécurité nationale, assurent plusieurs sources approchées par Algérie Part. D’autres auditions sont prévues dans les jours à venir et le patron de la DCSA demeure placé sous étroite surveillance des enquêteurs du CPO d’Antar. Certaines de nos sources affirment que sa remise en liberté aurait été obtenue à la suite d’intenses pressions exercées par les autorités militaires sur le CPO d’Antar au regard du poste très sensible qu’occupe ce général-major auprès de l’Etat-Major de l’ANP.

Selon nos informations, le général-major Sid Ali Ould Zemerli a été « officieusement » relevé de ses fonctions dans le sillage de l’emprisonnement de son frère le colonel Omar. Il a été instruit de gérer uniquement les affaires courantes en attendant qu’il soit remplacé à la tête de la DCSA par un nouveau haut gradé dans les jours à venir. Dés l’annonce officielle de sa fin de fonctions, Sid Ali Ould Zemerli risque de faire l’objet d’une sévère procédure judiciaire qui tentera de situer son niveau de responsabilité dans ce scandale de complot contre la sécurité nationale dont son propre frère le colonel Omar est l’un des principaux artisans.