Confidentiel. L’achat troublant par l’Algérie de deux navires « invendus » à hauteur de 60 millions d’euros

4
2565

C’est une affaire troublante qui survient au moment où l’Algérie traverse l’une de ses plus graves financières contemporaines. Dans la plus grande discrétion, les autorités algériennes ont validé un montage financier obscur pour acheter deux navires à hauteur de 8,8 milliards de Da, soit l’équivalent de près de 60 millions d’euros. Ces navires ont été commandés à un intermédiaire étranger qui avait lui même échoué à trouver des preneurs à ces deux navires, des porte-conteneurs. 

C’est la CNAN MED qui avait fait commande de ses deux porte-conteneurs. Effectivement, la compagnie maritime CNAN MED, filiale du groupe public GATMA, avait lancé le 7 janvier 2019 un appel d’offres international afin d’acquérir deux porte-conteneurs de moins de deux ans d’âge. Les deux navires devront avoir une capacité de 1 400 à 1 900 EVP. Ils devront être livrés dans des délais compris entre 90 et 180 jours. Cette consultation fait parte d’un programme d’acquisition de navires du groupe GATMA afin d’augmenter ses capacités de transport.

Cependant, à la surprise générale, la CNAN MED a sélectionné un intermédiaire étranger qui lui proposait deux porte-conteneurs qu’il peinait à vendre sur le marché international. Il s’agit de deux navires « invendus » que la CNAN MED a accepté de reprendre dans des conditions troublantes. Pourquoi ?

Il faut savoir que la CNAN MED est détenue à 49 % par un opérateur italien. En effet, depuis fin mars 2008, le Groupe étatique algérien Cnan et le groupe italien Dario Perioli avaient procédé  à la signature du contrat de cession de 49% du capital détenu par le groupe maritime algérien dans sa filiale Cnan Med au profit du groupe italien Dario Perioli.
Le groupe Cnan est resté, certes, actionnaire majoritaire avec 51% des parts sociales du capital de Cnan Med mais il avait confié le management à son partenaire italien. Cnan Med s’est spécialisée dans le transport des marchandises dans la zone méditerranéenne.

Or, pour l’acquisition de ces deux porte-conteneurs, la CNAN MED a recouru exclusivement à un financement qui lui a été remis par le fonds national d’investissement (FNI). C’est donc la plus importante institution financière en Algérie chargée de concourir au financement de l’investissement par l’octroi de prêts aux entreprises ou par des prises de participation en partenariat avec des entreprises locales ou des investisseurs étrangers en vue de la réalisation des objectifs du développement national, qui s’était engagée à financer cet investissement sans que cela ne coûte un seul centime au partenaire italien chargé pourtant de la bonne gouvernance de la CNAN MED.

L’affaire devait être conclue en février 2019. Mais des blocages survenus au niveau de l’ouverture des lettres de crédits à l’international pour financer l’acquisition de ces deux navires ont ralenti cette opération de rachat jusqu’à ce que le dossier tombe, par un pur hasard, entre les mains de l’ancien ministre des Transports, Lazhar Hani, qui est arrivé à son poste à la fin du mois de juin 2020. Le ministre algérien est totalement surpris par les termes de cet accord d’acquisition des deux porte-conteneurs. Lazhar Hani a demandé toutes les pièces du dossier complet qui explique les tenants et aboutissants de l’achat de ces deux navires. Surprise : le dossier a disparu des tiroirs de la CNAN MED. Le ministre des Transports ordonne le gel de cette opération et demande officiellement au Premier-ministère comme à la Présidence de la République de surseoir au plus vite à cet achat car le coût élevé de l’acquisition de ces deux bateaux ne peut guère être justifié par la situation financière chaotique de la CNAN MED, déficitaire et ébranlée par les conséquences de la pandémie de la COVID-19.

Pour Lazhar Hani, si le partenaire italien ne met pas la main à la poche, il n’est pas possible de dépenser près de 60 millions d’euros uniquement à la charge du Trésor Public de l’Etat algérien étant donné que le FNI est un fonds public et étatique. Un Conseil interministériel était prévu pour étudier ce dossier et aboutir à l’annulation de l’achat de ces deux porte-conteneurs.

Cette réunion prévue dans le cadre d’un Conseil interministériel était prévue le 7 janvier 2021. Mais elle a été reportée à la dernière minute. Deux jours plus tard, à savoir le 9 janvier, Abdelaziz Djerad appelle Lazhar Hani pour lui annoncer qu’il a été démis de ses fonctions à la suite d’un ordre émanant d’Abdelmadjid Tebboune.  Depuis le départ du ministère des Transports de Lazhar Hani, le dossier des deux porte-conteneurs est géré dans une totale opacité. Jusqu’à aujourd’hui, ces deux navires n’ont pas été réceptionnés et aucun haut responsable algérien n’a demandé des comptes aux partenaires italiens pour leur demander de mettre la main à la poche. Aux dernières nouvelles, un incident de paiement avec une banque internationale a continué de retarder la livraison de deux porte-conteneurs. Algérie Part reviendra sur ce dossier avec de plus amples révélations dans ses prochaines publications.

 

4 COMMENTS

  1. Les décideurs de l’ombre ne s’embarrassent que d’une chose !
    La rétro-commission que ça leur laisse !
    La mentalité inconsciente moyen-orientale dont on a hérité depuis 1962,
    qui continue de penser qu’ « Eldzaïr Takfina Ou Takfihoum » !
    Et tant pis pour les vrais Algériens !

  2. Pour l’achat de deux rafiots de 60 millions d’euros seulement, cela remonte au…premier ministre. On voit bien là un exemple de la bureaucratie hallucinante du pouvoir algérien. Et en plus ils passent par un intermédiaire comme des analphabète.
    De plus, vu la modicité de la somme,je ne mettrais pas les pieds sur ces bateaux qui doivent être de 3e mains.
    Rien ne fonctionne dans le système des galonnés algériens.
    Cet exemple honteux illustre l’amateurisme de ce pouvoir idiot. Il n’y a pas d’autres mots!

  3. @[email protected]…le marochien
    C’est vrai que que ton Roitelet des pauvres, premier trafiquant au monde de cannabis achète la demeure du Roi d’Arabie pour 80 millions d’euros…il ne consulte personne en plein crise COVID…
    170 millions d’euros c’est uniquement la valeur de la collection de ROLEX montres du Roitelet des pauvres selon la chaine israélienne CHANEL 12 ( reportage du 21 janvier 2021)
    Cette Histoire de conteneur n’a ni queue, ni tête…et si c’est vrai que deux portes conteneurs de moins de deux ans ont été achetés à 60 millions d’euros, c’est une excellente affaire…les prix des portes contenaires, des conteneurs et du transports maritimes ont explosés…Le prix du contenaire provenant d’Asie a été multiplié par 4 depuis le début de l’année…
    Oui Mr ZEMMAR…on vit une époque ou l’information est accessible à tous et pas que les Fakenews…il suffit de chercher