Confidentiel. La raffinerie d’Alger en panne et énorme crainte pour la raffinerie de Skikda

0
645

La raffinerie de Sidi R’cine à l’Est d’Alger est à l’arrêt depuis plus d’un mois en raison d’une importante panne technique, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. Cette panne a été provoquée par les problèmes techniques ayant occasionné l’immobilisation de l’unité principale de cette raffinerie située au coeur de la capitale Alger. 

Selon nos investigations, cette panne s’explique par les très mauvaises décisions imposées par la direction générale de Sonatrach aux gestionnaires de cette raffinerie. Au siège de la compagnie nationale des hydrocarbures, une instruction ferme a été communiquée aux responsables en charge de la gestion de la raffinerie de Sidi R’cine afin de ne pas programmer les travaux de maintenance au niveau des principaux équipements de cette raffinerie. Ces travaux de maintenance devaient se dérouler sur 3 phases nécessitant ainsi la mise à l’arrêt momentanée de l’ensemble des unités de la raffinerie. Mais la direction générale de Sonatrach concentrée uniquement sur son agenda politique a exigé le report de ces phases de maintenance sans prendre en considération les conséquences alarmantes des éventuelles difficultés techniques qui apparaissent lorsque des équipements sensibles ne sont pas minutieusement révisés ou examinés afin de parer au moindre risque de panne.

A cause de cette décision irréfléchie, la raffinerie d’Alger a « carburé » à un rythme effréné sombrant par la suite dans les turbulences techniques qui l’obligent, désormais, à observer un arrêt obligatoire sans oublier les frais de réparations que devra assumer entièrement Sonatrach.

Selon nos investigations, ce scénario catastrophique risque de se reproduire prochainement au niveau de la raffinerie de Skikda, à l’est du pays. Depuis plusieurs semaines, la direction générale de Sonatrach s’obstine aussi à reporter les phases et procédures de maintenance pour ne pas pénaliser la production des carburants. N’écoutant pas les mises en garde des gestionnaires de cette infrastructure énergétique, la direction générale de Sonatrach prend un autre risque inconsidéré pouvant paralyser pendant une période indéterminée la raffinerie de Skikda, l’une des plus importantes raffineries du pays, au cas d’un incident technique menant vers une panne lourde.

Selon nos sources, l’attitude de la direction générale de Sonatrach s’explique par l’impératif de fournir un bilan enjolivé concernant la fin des importations des carburants annoncée par Abdelmadjid Tebboune en 2021. La concrétisation de cet objectif a contraint la direction générale de Sonatrach à programmer une exploitation maximale de toutes les raffineries du pays faisant fi de la nécessité d’observer des arrêts momentanés pour accomplir les tests de maintenance.

Pour rappel, après plus de deux ans de travaux de réhabilitation menés par le groupe chinois China petrolum Engineering and Construction (CPECC), la raffinerie d’Alger a été réceptionnée en février 2019 avant d’entamer la mise en service progressive des différentes installations. En mai 2019, la raffinerie a connu la mise en service de ses unités « utilités », celles de traitement des effluents, de stockage, de distillation atmosphérique, et de traitement et séparation des GPL. Il faut savoir que l’Algérie dispose de 05 raffineries, Skikda, Arzew, Adrar, Alger et la raffinerie RHM-2 à Hassi Messaoud.