6.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

Confidentiel. Djerad a nommé un ministre au gouvernement alors qu’il était sous ISTN !

- Advertisement -
- Advertisement -

Personne ne comprend la logique avec laquelle fonctionne en ce moment le régime algérien. Le premier-ministre Abdelaziz Djerad a nommé le 4 janvier 2020 un ministre au sein de son nouveau gouvernement alors que ce dernier fait l’objet officiellement d’une enquête judiciaire entrant dans le cadre des investigations sur dossier des frères Kouninef. Mieux encore, ce ministre sélectionné et désigné par Abdelaziz Djerad était placé sous interdiction de quitter le territoire national (ISTN). 

C’est, effectivement, le destin incroyable de l’actuel ministre des Ressources en eau, Berraki Arezki qui a été nommé dans ses fonctions par Abdelaziz Djerad le 4 janvier dernier. Berraki Arezki a succédé dans son poste à Ali Hamam. Arezki Barraki a passé toute sa carrière à l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT) jusqu’à ce qu’il assume le poste de directeur général depuis juin 2015. Justement, dans ce poste stratégique à la tête de l’ANBT, Berraki Arezki a géré des budgets colossaux. Rien que le budget d’exploitation de l’ANBT, il est estimé à environ 30 milliards de dinars, à savoir pas moins de 200 millions d’euros, qui inclut des opérations de dévasement des barrages.

En plus, l’ANBT est le principal organisme chargé de la supervision des chantiers de réalisation des futurs barrages qui sont toujours en projet en Algérie. L’Algérie compte faire passer le nombre de barrages de 81, actuellement, à 139 en 2030. Rien qu’en 2019, l’Algérie a consacré pas moins de 197,145 milliards DA au secteur des Ressources en eau, soit pas moins de 1,31 milliard d’euros. C’est vous dire les immenses budgets qui ont été consacrés pendant de longues années à ce secteur représentent une énorme manne financière. Une manne qui a profité à de nombreux oligarques algériens notamment les frères Kouninef lesquels ont remporté de nombreux marchés avec l’ANBT. C’est pour cette raison que l’actuel ministre Arezki Berraki est cité nommément parmi les personnalités accusées de complicité avec les frères Kouninef dans plusieurs affaires d’enrichissement illicite. Malgré cela, Djerad n’a pas hésité à nommer Arezki Berraki…au sein de son gouvernement.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

1 COMMENT

  1. l’Algérie est foutue depuis longtemps ça ne sert a rien de vous étonnez ,la nouvelle Algérie de Tebboune elle sera pire que celle de boutef , parceque les algériens sont les pires des naïfs au monde et vous allez voir le 1 et novembre on est 42 millions d’habitants au vote il y aura 80 millions qui voteront comme d’habitude .Si vous connaissez la chanson comme d’habitude on est là comme d’habitude.