5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

Confidentiel. Commission d’enquête dépêchée depuis Alger pour enquêter sur la BIA de Paris

Array
- Advertisement -
- Advertisement -
Les révélations d’Algérie Part dans le dossier de la BIA de Paris ont fini par faire réagir les autorités algériennes. En effet, nous avons pu apprendre qu’une commission d’enquête a été diligentée depuis par différents services algériens afin d’enquêter sur de nombreux points dont certains révélés par nos premiers articles. Cette commission d’enquête est composée entre autre par deux enquêteurs des services secrets algériens, des représentants du ministère du Finances ainsi qu’un ancien conseiller de la Banque d’Algérie. 
Les enquêteurs algériens semblent décider de faire toute la lumière sur les agissements de Mohamed Younsi, le premier patron de la Banque BIA de Paris notamment  en ce qui concerne les financements de certaines commissions occultes. Il est à noter que cette commission d’enquête algérienne a reçu l’aval des autorités françaises qui semblent avoir été préalablement consultées pour autoriser son arrivée à Paris.
Les conclusions du travail de cette commission d’enquête risquent d’ébranler fortement de nombreux hauts responsables du secteur des finances en Algérie qui sont directement liés à ce dossier sulfureux de la BIA de Paris. A cela il faut ajouter que de nouveaux éléments scandaleux viennent assombrir aussi la situation de cette banque algérienne à l’étranger. En effet, une plainte au pénal pour harcèlement sexuel à l’encontre de Mohamed Younsi, le premier haut responsable algérien de la BIA de Paris, est en cours de finalisation.

Soulignons enfin que la BIA, la plus importante banque algérienne établie à l’étranger. En effet, créée en 1975 au cœur de Paris, la Banque Intercontinentale Arabe (BIA) a changé de raison sociale en 2005 pour devenir la Banque BIA. Le capital de 158 100 000 euros est détenu à parité (50% chacune) par deux banques d’État, la Banque Extérieure d’Algérie et la Libyan Foreign Bank. Chacune d’elles est la première dans son pays et dispose de moyens financiers importants, étant notamment en charge des transactions sur les hydrocarbures vers les pays importateurs (Amérique du Nord, Europe, Asie). Elles assurent pour le compte de grandes entreprises de ces pays les relations financières avec la zone OCDE. Elles sont donc particulièrement soucieuses de leur réputation et de l’image de marque de leurs filiales, et spécialement de leur filiale française, la Banque BIA. Malheureusement, les investigations d’Algérie Part ont dévoilé que la direction générale de cette banque est ciblée et visée par plusieurs plaintes pour diverses infractions dont des faits graves de détournement de fonds.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -