Confidentiel. Comment la Sonatrach a apporté sur un plateau d’argent un marché de plus de 177 millions de dollars USD pour les chinois de SINOPEC

0
507

Les chinois encore et toujours. La compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, a apporté depuis la mi-février 2022 sur un plateau d’argent un marché de plus de 177 millions de dollars USD au groupe chinois SINOPEC. Un marché qui avait été attribué de gré à gré sans aucune procédure de concurrence loyale ni le moindre appel d’offres public. La direction générale de Sonatrach conduite par Toufik Hakkar a accordé un traitement de faveur inédit à ce groupe chinoise qui collectionne les marchés onéreux en Algérie depuis 2021, a pu confirmer au cours de ses investigations Algérie Part. 

Il s’avère que ce marché n’a même pas encore commencé et les chinois peinent à lancer les travaux de construction de la moindre partie du chantier pour lequel ils ont été sélectionnés. En effet, Sonatrach a annoncé, le jeudi 17 février, qu’elle a signé avec le groupe chinois Sinopec, un contrat de 177,7 millions de dollars pour construire, d’ici 40 mois, un réservoir de stockage de GNL sur la plateforme de production de GNL de Skikda.

L’accord portant sur la réalisation par Sinopec, d’un réservoir de stockage d’une capacité de 150 000 mètres cubes et le démantèlement de deux autres réservoirs existants sur place. En outre, l’accord prévoit la livraison et le raccordement des équipements de la future installation au système de chargement de GNL de la nouvelle jetée de Skikda. Il s’agit d’un projet en cours d’exécution dans le cadre des travaux d’extension des capacités du complexe gazier. L’objectif étant de faciliter les déplacements des navires de GNL dédiés à l’exportation.

A travers ce projet, Sonatrach ambitionne d’augmenter aussi bien ses capacités de stockage que d’exportation de GNL. Un objectif en lien avec sa volonté de renforcer son leadership régional en matière de production de GNL. Malheureusement, cette ambition est compromise car les chinois de SINOPEC n’ont nullement commencé leur travail sur le terrain à Skikda et ce chantier stratégique ne connait aucun taux d’avancement. Pour le moment, la Sonatrach a accordé un marché de plus de 177 millions dollars USD pour une société chinoise qui n’a pas soulevé une seule pelle afin d’accomplir la moindre des tâches qui lui incombent en vertu de l’accord conclu avec Sonatrach. C’est dire que ce réservoir de stockage d’une capacité de 150 000 mètres cubes ne risque pas de voir le jour de sitôt. Les délais fixés par le cahier des charges élaboré par Sonatrach ne seront pas respectés.

Selon nos investigations, la direction générale de Sonatrach n’a adressé aucune mise en demeure aux chinois de SINOPEC. Aucun rappel à l’ordre ni la moindre remontrance alors que ce projet névralgique accuse déjà 5 mois de retards provoquant ainsi un important préjudice économique pour notre pays en raison de l’importance stratégique du GNL, une énergie au coeur d’une compétition très intense sur les marchés internationaux avec des prix qui donnent régulièrement du vertige.

Cette attitude suspecte de la direction générale de Sonatrach démontre une complaisance assumée vis-à-vis du groupe chinois SINOPEC avec lequel les dirigeants actuels de Sonatrach partagent des intérêts occultes puisqu’ils exercent un lobbying inédit pour l’avantager dans cette course effrénée visant à rafler le maximum de marchés publics dans le secteur des hydrocarbures et ce sans soucier de l’impératif de transparence et de concurrence loyale qui dicte l’attribution des projets stratégiques dans ce secteur sensible de l’économie algérienne.