Comment les viandes et les œufs sont devenus en une seule année des produits de « luxe » totalement « inaccessibles » en Algérie

0
347

C’est un phénomène inédit dans l’histoire de l’Algérie : les viandes et les œufs sont devenus des produits inaccessibles, voire des produits de luxe que le commun des consommateurs algériens ne peut acheter ou acquérir en raison de l’incroyable envolée des prix frappant de plein ces produits de base depuis août 2021 jusqu’à août 2022. 

En effet, e août 2022 et par rapport à août 2021, la croissance des prix des biens alimentaires est de 14,6%, nous apprend à ce sujet l’Indice des prix à la consommation (IPC) de l’Office National des Statistiques (ONS), un organisme gouvernemental algérien chargé de la collecte des données retraçant l’évolution socio-économique du pays. L’indice des prix à la consommation (IPC) est l’instrument de mesure de l’inflation. Il permet d’estimer, entre deux périodes données, la variation moyenne des prix des produits consommés par les ménages. Il est basé sur l’observation d’un panier fixe de biens et services, actualisé chaque mois, chaque trimestre et chaque année.

Cet instrument nous apprend ainsi que les produits agricoles frais inscrivent une augmentation de 15,7% avec +23,9% pour la viande et abats de mouton et +55,9% pour les œufs durant la période août 2021-août 2022. Cette inflation vertigineuse est inédite en Algérie car elle est enregistrée en une seule année. La hausse des prix des œufs et des viandes a fortement pénalisé le pouvoir d’achat des Algériennes et Algériens qui ont été très nombreux à se priver de ces deux produits alimentaires de base troublant ainsi leur niveau et qualité de vie.

Les chiffres de l’IPC de l’ONS sont éloquents à ce sujet. Les prix des viandes et abats de mouton ont augmenté de plus de 23 % entre août 2021 et août 2022. Les prix des viandes et abats de bœuf ont connu une augmentation de 21,5 %. Quant à la viande de poulet, l’évolution des prix s’est fixée à hauteur de 17 % durant la même période.

Les œufs sont le produit dont les hausses de prix suscitent le plus d’inquiétude et alimentent une véritable controverse. Cette inflation a provoqué un impact préjudiciable sur la filière avicole en Algérie. De l’avis de plusieurs observateurs avertis, cette filière, qui emploie plus de 300 000 personnes à l’échelle nationale, est complètement déstructurée.

Cette filière est déstabilisée par la crise ayant éclaté au lendemain du mois de Ramadhan. où beaucoup d’aviculteurs ont gelé leur activité après les pertes subies durant ces derniers mois. Des témoignages recueillis auprès de plusieurs aviculteurs indiquent qu’au début du mois de juin, beaucoup ont vendu leur production à moins de 180 DA/kg alors que le coût de revient d’un kilogramme de poulet est de 240 DA. Des aviculteurs ont été contraints de jeter des poussins dans la nature faute d’acheteurs.

D’autres aviculteurs évoquent les conséquences néfastes sur leur activité de la canicule et des fortes chaleurs de la saison estivale 2022.  Le risque de surmortalité chez le cheptel avicole a beaucoup augmenté et les fortes chaleurs ont fait que l’activité s’est stagnée dans beaucoup de wilayas de l’intérieur du pays comme au niveau du littoral.

Par ailleurs, l’aliment de volaille demeure le principal élément provoquant la hausse  les prix du poulet et des œufs sur le marché. L’Algérie a subi de plein fouet l’augmentation des cours mondiaux du maïs et du soja sur les marchés internationaux. Il faut savoir à ce sujet que les importations annuelles de maïs sont de quatre millions de tonnes en Algérie et de 1,25 million de tonnes de tourteaux de soja pour une valeur de 1,2 milliard de dollars.  La hausse des cours sur le marché mondial a eu des répercussions locales.

Cette inflation de l’aliment de volaille a provoqué une crise inédite dans la filière avicole. et depuis le printemps 2021, des éleveurs algériens travaillent à perte. Et pour caus, en quelques mois, le quintal de maïs est passé de 2600 à 5700 DA et le tourteau de soja de 4800 à 11 500 DA le quintal. A ce rythme, les prix des œufs et de la viande de poulet vont continuer d’augmenter dans des proportions vertigineuses dans les mois à venir en Algérie.