Classement mondial des pays les plus pacifiques : l’Algérie améliore sa note et exporte l’image d’un pays qui se stabilise

0
417

L’Algérie a amélioré son image de pays pacifique et commence à s’imposer comme un pays qui se stabilise après une série de crises politiques. C’est du moins ce que nous apprend la 16e édition du Global Peace Index élaborée par le groupe de réflexion international Institute for Economics & Peace (IEP). L’Algérie fait partie des pays qui ont enregistré une excellente augmentation de leur note concernant l’amélioration de leur niveau moyen de paix. Explications. 

La 16e édition du rapport annuel sur le Global Peace Index (GPI, Indice mondial de la paix) est la principale mesure de la paix à l’échelle de la planète. Produit par l’Institute for Economics & Peace (IEP), un groupe de réflexion international, le rapport du GPI présente, en s’appuyant sur des données, l’analyse la plus complète à ce jour effectuée sur la paix, sa valeur économique, les tendances et la manière de développer des sociétés pacifiques. Le rapport couvre 99,7 % de la population mondiale et utilise 23 indicateurs qualitatifs et quantitatifs provenant de sources très respectées pour établir l’indice. Ces indicateurs sont regroupés en trois domaines clés : les conflits en cours, la sûreté et la sécurité, et la militarisation.

La dernière édition de ce rapport et classement mondial  révèle que le niveau moyen de la paix mondiale s’est détérioré de 0,3 % en 2021. Il s’agit de la onzième détérioration de la paix au cours des quatorze dernières années, avec 90 pays qui se sont améliorés et 71 qui se sont détériorés, ce qui montre que les pays se détériorent beaucoup plus rapidement qu’ils ne s’améliorent.

Concernant l’Algérie, elle fait partie des pays qui ont amélioré fortement leur stabilité interne et renforcé leur attachement au pacifisme.L’Algérie a gagné dix places dans ce dernier classement GPI et pointe désormais au 109e rang mondial sur 163 pays répartis à travers toute la planète.  « C’est le score le plus paisible de l’Algérie depuis le création du GPI », note à ce propos la 16e édition du Global Peace Index. « L’augmentation de la tranquillité a été en grande partie portée par des améliorations dans le domaine de la militarisation de la vie politique du pays », note la même source d’après laquelle l’Algérie amélioré de 9,2 % son score en 2022 dans ce domaine précis et sensible.

« Depuis l’investiture du président Abdelmadjid Tebboune et de la mise en œuvre de sa nouvelle constitution en novembre 2020, l’Algérie a connu une période de relative stabilité », a souligné le même rapport qui se réjouit ainsi des efforts de l’Algérie.

Globalement, l’Islande reste le pays le plus pacifique au monde, une place qu’elle occupe depuis 2008. Elle est rejointe en tête de l’indice par la Nouvelle-Zélande, l’Irlande, le Danemark et l’Autriche. Pour la cinquième année consécutive, l’Afghanistan est le pays le moins pacifique, suivi du Yémen, de la Syrie, de la Russie et du Soudan du Sud. Sept des dix pays en tête du GPI sont en Europe, et la Turquie est le seul pays de cette région à ne pas figurer dans la moitié supérieure de l’indice.

La Russie et l’Ukraine sont deux des cinq pays qui ont connu les plus fortes détériorations pacifiques, rejointes par la Guinée, le Burkina Faso et Haïti. Toutes ces détériorations étaient dues au conflit en cours. Sur les 23 indicateurs du GPI, les plus fortes détériorations ont été enregistrées dans les relations avec les pays voisins, l’intensité des conflits internes, les réfugiés et les personnes déplacées, l’ampleur de la terreur politique et l’instabilité politique. Vingt-huit pays ont des niveaux élevés d’instabilité, et dix pays ont enregistré le pire score possible en matière de terrorisme politique.

L’inégalité mondiale dans la paix n’a cessé de croître. Depuis 2008, les 25 pays les moins pacifiques se sont détériorés en moyenne de 16 %, tandis que les 25 pays les plus pacifiques se sont améliorés de 5,1 %. Depuis 2008, 116 pays ont réduit leur taux d’homicides. Le coût de la violence pour l’économie mondiale s’élevait à 16,5 billions de dollars, soit 10,9 % du PIB mondial, ce qui équivaut à 2 117 $ par personne. Pour les dix pays les plus touchés par la violence, l’impact économique moyen était équivalent à 34 % du PIB, contre 3,6 % dans les pays les moins touchés. Plusieurs indicateurs ont considérablement amélioré leur incidence sur le terrorisme, notamment l’impact du terrorisme, les armes nucléaires et lourdes, les décès dus à des conflits internes, les dépenses militaires, les taux d’incarcération et les perceptions de la criminalité. L’impact du terrorisme est à son plus bas niveau depuis la création du GPI.