C’est Macron qui a demandé à ne pas rester uniquement à Alger parce qu’il veut « s’adresser à toute l’Algérie »

0
426
French President Emmanuel Macron delivers a speech during a ceremony in memory of the Harkis, Algerians who helped the French Army in the Algerian War of Independence, at the Elysee Palace in Paris, France, September 20, 2021. REUTERS/Gonzalo Fuentes/Pool

La visite d’Emmanuel Macron en Algérie qui débutera ce jeudi 25 août à Ager est inédite car c’est rare qu’un Chef d’Etat français demeure trois jours et deux nuits en Algérie. Et c’est encore plus rare qu’un Président français se rende dans une autre ville algérienne que la capitale Alger. A partir du samedi 27 août, Emmanuel Macron fera escale à Oran et déambulera dans plusieurs sites historiques et symboliques de la deuxième ville du pays. Et le choix d’Oran n’est pas fortuit car il a été demandé par Emmanuel Macron lui-même, nous apprend à ce sujet le service presse de l’Elysée, la Présidence française. 

C’est effectivement Emmanuel Macron qui ne « souhaitait ne pas limiter sa visite dans la capitale » Alger, révèle ainsi à ce propos le Conseiller du président français chargé de l’Afrique du Nord, Moyen-Orient, Patrick DUREL, lors d’une conférence de presse organisée le mardi 23 août à Paris pour expliquer les objectifs et contours de cette visite officielle du Président français en Algérie.

« Le président de la République a donc fait le choix de se rendre à Oran, la deuxième ville du pays, ville occidentale qui évidemment a beaucoup de points communs avec Alger mais qui a aussi ses spécificités culturelles, musicales, sportives avec les Jeux méditerranéens d’Oran de juin dernier », a indiqué encore à ce propos Patrick Durel. « Donc c’est le souhait du Président de la République de montrer que, lorsqu’il va en Algérie, il ne vient pas que dans la capitale, mais il veut s’adresser à toute l’Algérie. Donc voilà, le choix s’est porté sur Oran », a souligné le même conseiller à l’Elysée selon lequel Emmanuel Macron a voulu démontrer à travers l’originalité de son programme de visite son « souhait de montrer qu’il veut travailler avec l’Algérie sur tous les aspects de la relation franco-algérienne ».

« C’est le signe de l’importance qu’il accorde à l’Algérie, à ce pays dans sa relation avec la France », a conclu la même source.