Avec un PIB de 163 milliards de dollars USD en 2021 : l’Algérie ne retrouve toujours pas son ancien niveau de richesses

0
418

En 2021, le Produit Intérieur Brut (PIB) de l’Algérie s’est établi en valeurs à 22.021,5 milliards de DA, soit l’équivalent de 163 milliards de US $, nous apprend ainsi l’Office National des Statistiques (ONS), un organisme gouvernemental algérien, qui vient de publier la dernière édition des comptes nationaux trimestriels de tous les secteurs économiques du pays. Cette dernière édition résume les performances, revenus et réalisations de tous les secteurs du pays tout au long du 4ème trimestre 2021. 

« La croissance économique annuelle et provisoire 2021 (évaluée à partir des quatre
trimestres de l’année 2021) s’établit à 3,5% contre une baisse de 5,1% en 2020 et le PIB
s’établit en valeurs à 22.021,5 milliards de DA, soit l’équivalent de 163 milliards de US $ », révèle ainsi ce document important de l’ONS qui nous permet d’évaluer réellement l’état de santé de l’économie algérienne. Ces données confirment, certes, un rebond de l’économie algérienne qui était totalement morne en 2020 avec un PIB d’à peine 145 milliards de dollars USD, l’un des plus faibles niveaux de richesse enregistré par l’Algérie durant cette dernière décennie, à savoir depuis 2010.

Il faut savoir que le niveau de richesse d’un pays désigne l’ensemble des biens et des services produits sur le sol national. Le produit intérieur brut (PIB) est la référence mondiale pour mesurer les richesses créées dans un pays par les agents résidents — ménages, entreprises locales ou étrangères, administrations — à l’intérieur du territoire national. Il est obtenu par le cumul des valeurs ajoutées. Le PIB ne mesure pas un stock de richesse, mais un flux sur une année. II est donc surtout un indicateur de revenu et de la croissance économique.

Partant de ce principe, force est de constater qu’en 2021, l’Algérie n’a pas pu retrouver son ancien niveau de richesse datant de 2019. En effet, le PIB de l’Algérie était de 172 milliards de dollars USD en 2019. Et en 2018, il était de 175 milliards de dollars USD alors que pour l’année 2017, le PIB de l’Algérie avait dépassé les 170 milliards de dollars USD. Cela signifie qu’en 2021, l’Algérie a réalisé un niveau de richesse inférieur à tous les seuils qu’elle avait atteint depuis 2017. L’Algérie a donc beaucoup régressé économiquement et financièrement et cette régression est, certes, le résultat des conséquences désastreuses de la pandémie de la COVID-19 en 2020, mais aussi de l’absence d’un plan de relance de l’économie nationale qui est restée immobilisée par une lancinante crise tout au long de l’année 2021. Par conséquent, l’Algérie n’a pas su tirer profit de l’excellente conjoncture économique qui s’offrait à elle depuis le deuxième semestre 2021 avec une forte remontée des cours mondiaux du pétrole et du gaz naturel. A partir de juin 2021, les prix du baril de pétrole ont dépassé les 73 dollars pour terminer l’année avec un seuil fixé au-delà des 80 dollars USD. Malgré ces prix élevés, l’Algérie n’a pas su engranger de nouveaux revenus pouvant augmenter la création de ses richesses nationales et rehausser son PIB.