7.9 C
Alger
mardi, janvier 31, 2023

Après l’atelier de soudure, toute la presse algérienne mobilisée par Sonatrach pour inaugurer… une cantine !

- Advertisement -
- Advertisement -

On ne sait plus s’il faut en rire ou en pleurer. Faute d’un bilan économique et financier qui peut leur permettre de valoriser leurs actions et leur travail, les dirigeants algériens sombrent dans le ridicule et s’adonnent à des spectacles qui frisent le ridicule. Depuis plusieurs jours, des cérémonies officielles sont organisées au quotidien conviant ainsi toute la presse nationale pour inaugurer des petites installations ou quelques services rudimentaires présentés de façon délirante comme des réalisations majeures comme l’incroyable histoire d’un simple atelier de soudure à El-Harrach (Alger). 

C’est ce vraiment ce qui est en train de se produire avec la direction générale de Sonatrach et le ministère de l’Energie dont les hauts responsables multiplient les sorties médiatiques pour annoncer aux algériennes et algériennes l’inauguration de nouveaux ateliers de… soudure ou mêmes de nouvelles cantines au profit de quelques centaines de travailleurs. Non, ce n’est pas une blague, c’est malheureusement la triste réalité de la « Nouvelle Algérie ».

Hier jeudi 24 mars, le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a effectué  une visite de travail à Hassi R’Mel en mobilisant tous ses cadres dirigeants et toute une délégation impressionnante de journalistes de la presse nationale afin de s’enquérir de l’état d’avancement de certains projets de taille insignifiante et sans la moindre utilité économique ou financière pour le groupe Sonatrach. Il s’agit effectivement d’une future cantine, présentée par la direction de la compagnie nationale des hydrocarbures comme « un complexe de restauration », qui devra servir les repas au profit des travailleurs de la Direction régionale (Production) de Hassi R’mel.

Une simple cantine devient un prétexte pour organiser toute une cérémonie officielle mobilisant journalistes, autorités locales et toute une délégation qui s’est déplacée depuis Alger à bord d’un avion particulier dans le seul but d’inspecter le chantier… d’une cantine ! C’est du jamais-vu dans l’histoire de Sonatrach. Même à l’époque du sinistre « cadre d’Abdelaziz Bouteflika » marquée par une perte abyssale de valeurs et de sens des priorités, de pareils « cirques » n’étaient pas organisés et financés par des deniers publics. Un PDG de Sonatrach, le poumon économique du pays, effectue des visites pour lancer de grands projets industriels, mettre en service de nouveaux puits, signer de nouveaux accords d’investissements ou veiller sur l’amélioration de la production nationale des hydrocarbures.

L’inauguration d’une cantine à Hassi R’mel ne peut en aucun cas mobiliser la direction générale du groupe à Alger au moment où des problèmes beaucoup plusieurs s’accumulent en raison d’une conjoncture énergétique mondiale très complexe à cause des tensions géopolitiques autour de la guerre en Ukraine.

Et après la cantine, le PDG de Sonatrach et ses collaborateurs a inspecté une base de vie compte 101 chambres ainsi quelques bétonnières mobilisées pour une simple unité de production d’ouvrages en béton gérée par la Société nationale de génie civil et bâtiment (GCB), l’une des nombreuses filiales de Sonatrach. Pour assurer le succès de cette stratégique et importante visite de travail, le PDG de Sonatrach était accompagné « de son adjoint en charge de l’Activité Exploration-Production (EP), de son adjoint en charge de l’Activité Transport par canalisations et d’une délégation de cadres dirigeants », se réjouit la direction générale de la compagnie nationale des hydrocarbures. A défaut d’avoir le sens des affaires et intérêts suprêmes du pays, les dirigeants algériens ont un remarquable sens de l’humour.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -