7.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

Après Air Algérie, la CNAN, une autre société étatique, déclenche un scandale international

- Advertisement -
- Advertisement -

Après les multiples scandales d’Air Algérie et l’implication de plusieurs de ses employés notamment de ses stewards dans des scandales de trafic de drogues ou de smartphones volés et acheminés depuis la France vers l’Algérie, c’est au tour de la plus importante société étatique algérienne dans le transport maritime de déclencher un scandale international qui ne manquera pas de susciter de nouvelles polémiques sur le fonctionnement chaotique des grosses sociétés étatiques algériennes et leurs dérives inquiétantes menant vers des dilapidations financières ou des violations graves des droits des travailleurs. 

Depuis le vendredi 29 octobre dernier, un navire algérien le Saoura de la Compagnie nationale de navigation maritime (CNAN), est retenu au port de Brest, une ville portuaire en Bretagne, au nord-ouest de la France, à la suite d’une visite d’inspection d’un organisme public français qui doit vérifier la conformité du navire et de ses divers équipements aux diverses conventions internationales en vigueur dans le domaine maritime comme le stipule le « Mémorandum d’entente de Paris sur le contrôle des navires par l’État du Port ».

Ce mémorandum signé en 1982 vise à améliorer la sécurité maritime par un meilleur contrôle des navires dans les ports, via des procédures mieux harmonisées. Malheureusement, les navires algériens de la CNAN sont devenus des « poubelles » flottantes qui sont utilisés par des marins qui travaillent dans des conditions indignes et déplorables. Dans le cas du navire le Saoura, plusieurs irrégularités ont été relevées par les inspecteurs français à l’exemple des défauts techniques avant appareillage, comme l’installation de ballastage et de jaugeage, la remise en état du LRIT (système d’identification et de suivi des navires à grande distance) qui est en panne, mais aussi la mise aux normes des conditions de vie des 22 marins à bord :manque de draps, d’oreillers, de taies d’oreillers, de couvertures de lits, etc.

C’est un véritable scandale de contraindre des marins à travailler dans de telles conditions qui pourraient causer des incidents majeurs à bord du navire Saoura lequel aurait pu faire naufrage à cause de tous ses défauts techniques.

Cette affaire relance plus que jamais le débat sur l’avenir de la CNAN, cette importante société étatique habituée aux scandales depuis plus d’une décennie. En effet, cette société étatique n’a jamais pu se relever de ses dossiers scabreux. En 2009, des inspecteurs de l’Inspection générale des Finances (IGF) ont dévoilé de nombreuses pratiques illicites lors d’un audit approfondi des comptes de la CNAN et ses filiales. Les conséquences furent terribles pour cette compagnie maritime puisque à l’époque, son PDG avait été démis de ses fonctions à peine deux mois après son installation alors qu’il revenait d’une mission en Italie. Toujours en 2009, Trois navires de la compagnie ont été saisis en Grèce par son le groupe saoudien Mouneim Pharaon qui lui réclamait  12 millions d’euros de frais de réparation des bateaux que la CNAN lui a frétés.

En 2009, les inspecteurs de l’IGF ont découvert, par exemple, que des navires étrangers ont été affrétés pour une période de 3 ans, à raison de 58 000 dollars US/jour, mais ils n’ont été exploités que durant 4 mois ! Certains de ces navires étrangers sont dignes d’être appelés « épaves », à savoir de vieux navires inappropriés et souffrant de plusieurs défaillances. A titre d’exemple, entre 2007-2008 et 2009, la CNAN a affrété un navire étranger appelé le Millénium pour un coût de 1,2 million d’euros, mais ce navire n’avait jamais pu être exploité, eu égard aux nombreuses pannes qui l’ont paralysé dès son exploitation. Un véritable scandale.

Des années plus tard, en 2017, un autre audit dévoile d’autres scandales de mauvaise gestion et de corruption. Pour preuve, sept des neuf navires acquis en 2014/2015 étaient des bateaux d’occasion et bon nombre d’entre eux avaient connu des arrêts techniques en raison de pannes récurrentes. La situation des deux principales filiales de la CNAN, à savoir la Cnan-Med et Cnan-Nord est également peu reluisante. Et pour cause, ces filiales vivent des problèmes énormes de manque de compétences et de management.

Il est à noter à ce propos que de 2015 jusqu’à décembre 2019, la Compagnie nationale de navigation maritime, Cnan-Nord SPA, a cumulé un déficit global de l’ordre de 650 milliards de Da, à savoir l’équivalent de plus de 4 milliards d’euros. Comme en 2009, d’autres rapports de l’IGF  sur la gestion du groupe CNAN et de ses filiales avaient mis en 2017/2018 le doigt sur cette mauvaise gestion.

Les autorités algériennes n’ont jamais été capables de gérer et de solutionner ces problèmes. C’est pour cette raison que la situation de la CNAN a totalement basculé dans le chaos à partir de 2020 avec l’impact financier très lourd de la pandémie de la COVID-19 et de la paralysie du transport maritime mondial.

Des pièces de rechange, nécessaires pour la maintenance de la flotte de la Cnan, indisponibles, des navires sous-exploités, des salaires impayés, des emplois menacés à cause de l’absence de ressources financières, aggravée par d’importantes dettes et déficit datant de plusieurs années, la crise née dans le sillage de la pandémie de la COVID-19 a révélé le véritable visage de la CNAN, une compagnie maritime incapable de survivre et qui devait être enterrée depuis des années pour laisser de la place à un nouveau représentant du pavillon national.

 

 

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

3 COMMENTS

  1. Si la cnan et air ânjiri et toutes les entreprises sont dans un état de quasi faillite, il ne faut pas chercher les responsables bien loin :
     » C’est la faute à la France, au Maroc, à Israël et au Mak bien sûr.
    Et je dirais même à bourourou !

  2. Et pendant que les bateaux poubelles couvrent de honte les autorités algériennes, l’armée algérienne achete des…sous marins qui detectent de sous marins israéliens invisibles. Le sens des priorités du pouvoir algérien est remarquable.

  3. @ Axis,
    Je comprends bien que tu travailles dans une officine qui te paye pour insulter l’Algérie et les Algériens, mais au bout d’un moment il va falloir regarder un peu ce qui se passe chez vous ?
    Tu vas pas nous dire que le Maroc est exemplaire ?
    Si tous les pédophiles de la planète et les amateur de sexe pas cher vont en vacances au Maroc ce n’est pas pour rien n’est ce pas?
    Quant aux canabis,n’en parlons même pas.
    Alors de grâce, comme disent les Africains, avant de grimper au cocotier il faut avoir les fesses propres, alors que les vôtres de fesses sont une ignominie.
    Tu peux critiquer les Algeriens,mais sache juste qu’aucun Algérien, ne se courbe pour baiser la main de quiconque, et c’est cela qui fait de vous des sous hommes.
    Alors va voir ce qui se passe chez toi, et essayé d’avoir un peu de nif, mais ça,vous ne savez pas ce que c’est.