Annulation du contrat pour la fourniture d’avions bombardiers d’eau : l’inconscience criminelle des dirigeants algériens

0
1078

C’est un scandale qui restera dans les annales de l’histoire comme étant l’un des démonstrations les plus abjectes de l’irresponsabilité des dirigeants politiques algériens. Ce scandale concerne l’annulation d’un contrat pour la fourniture de sept bombardiers d’eau à une société espagnole, à la suite d’une brouille avec Madrid après son revirement en faveur de la position marocaine sur le dossier du Sahara occidental.  L’annulation de ce contrat survenue le 18 juillet dernier a privé l’Algérie de plusieurs avions indispensables pour la lutte aérienne contre les feux de forêt. Cette décision inconsciente a fragilisé encore davantage notre pays face à la menace très élevée des feux de forêt.

La société espagnole Plysa avait prouvé son efficacité lors de l’été tragique de 2021 en Algérie. En coordination avec l’ambassade d’Algérie à Madrid, cette société espagnole avait envoyé un premier avion et du personnel de soutien dans la ville de Béjaïa le 14 août 2021 pour aider à la lutte contre l’incendie. Compte tenu de l’ampleur de l’incident, Plysa avait envoyé ensuite un deuxième avion dans la zone quelques jours plus tard, qui était également immédiatement entré en action. Les deux appareils étaient restés dans notre pays pendant la durée du contrat de location.

Pour rappel, la société espagnole Plysa, Planning y Soluciones Aéreas, avait remporté un contrat pour des services d’extinction des incendies de forêt en Algérie. L’expertise de cette société espagnole et ses moyens aériennes auraient été d’une grande utilité contre les flammes qui ont carbonisé des forêts mais aussi calciné habitations et infrastructures dans le pays.

La compagnie espagnole Plysa, filiale d’Air Nostrum, compagnie aérienne régionale d’Iberia, possède en particulier une flotte de 20 avions Trush 710P, un appareil très maniable dérivé des avions d’épandage agricoles et capable d’opérer à pleine charge depuis des pistes de moins de 500 mètres malgré une capacité d’emport de près de à 2,8 tonnes d’eau ou de retardant. Des performances qui permettent en particulier de travailler au cœur des régions arides et montagneuses au relief difficile et ne comportant pas de point d’eau adaptées aux avions amphibies. L’avionique du Trush 710P est également particulièrement moderne, avec des caméras HD et une capacité de transmission en temps réel des images à un centre opérationnel pour une meilleure coordination des moyens.

Après avoir participé à de nombreuses missions en Espagne, ces spécifications ont permis à l’entreprise d’intervenir l’été 2021 en Algérie pour soutenir la lutte contre les incendies géants avec une réactivité étonnante : moins de 24 heures s’étaient écoulées entre la demande d’intervention à l’agent de Plysa et l’arrivée effective des avions sur le terrain.

Une réussite qui a conduit les autorités algériennes à signer un nouvel engagement qui débutera en avril 2022. Après avoir démontré son efficacité en Algérie, l’opérateur espagnol a remporté aussi un nouvel appel d’offre pour un déploiement sur au moins trois années de 120 jours par an au Chili, où l’été s’étend des mois de novembre à mars. Cinq avions ont donc réalisé la traversée de l’Atlantique Sud, soit 6000 nautiques parcourus en 40 heures de vol et seulement 5 étapes (vidéo ci-dessous).

Mais contrairement au Chili qui a pu disposer d’une logistique au plus près des incendies à venir et d’une réactivité accrue, l’Algérie a fait le catastrophique choix de se priver des moyens et de l’expérience précieuse de l’entreprise espagnole Plysa au nom de certaines considérations politiques étrangères totalement absurdes aux yeux de la population algérienne abandonnée à son triste sort face aux feux de forêts.