Algérie-France : « Nous vous connaissons bien mieux que vous ne nous connaissez »

2
778

Dans ses relations complexes avec la France, l’Algérie dispose toujours d’une large avance en raison de la maîtrise parfaite des codes culturels et politiques français dont font preuve régulièrement les Algériens, avoue à ce sujet l’ex-ambassadeur français à Alger, Xavier Driencourt, dans son ouvrage qui va paraître à Paris à partir du 16 mars prochain. 

Ce livre porte un titre ô combien significatif et révélateur de la fascination qui éclaboussent les dirigeants français lorsqu’il traitent avec l’Algérie  : « L’Enigme Algérienne ».  « J’admire le courage des Algériens, j’admire leur gentillesse, j’admire leur combativité, ils l’ont d’ailleurs montré pendant les longues années de lutte contre la France », confesse d’emblée dans son livre Xavier Driencourt en reconnaissant que les Algériens « savent faire plier leurs interlocuteurs, dont nous sommes évidemment ». « « Nous vous connaissons bien mieux que vous ne nous connaissez », m’avait dit un ministre algérien : cela fait leur force, ils sont capables de nous mener où ils veulent, car eux connaissent nos usages, s’approprient nos codes, lisent nos pensées, anticipent nos réactions », révèle encore l’ex-ambassadeur de France à Alger.

Dans ses confessions, Xavier Driencourt assure que la relation avec l’Algérie « est une épreuve permanente, seul compte le rapport de force. Cela, je l’ai appris parfois à mes dépens ».

Xavier Driencourt a expliqué enfin que l’Algérie jouit d’un statut particulier et spécial auprès de l’Etat français.  « Maurice Gourdault-Montagne, secrétaire général lorsque je me trouvais moi-même à Alger, mais aussi ami d’enfance, rappelait que pour la France et sa diplomatie, deux pays comptaient particulièrement  pour des raisons différentes évidemment : l’Allemagne et l’Algérie,  et qu’il fallait être attentif à nos relations avec ces deux grands partenaires », souligne Xavier Driencourt qui conclut en affirment qu’être nommé à Alger,
« c’était non seulement exercer une responsabilité diplomatique importante, mais c’était surtout exercer ces fonctions dans un pays qui n’était pas et ne pouvait pas être un partenaire banal pour la France ».

2 COMMENTS

  1. Algérie-France : « Nous vous connaissons bien mieux que vous ne nous connaissez » !

    C’est de la pure vantardise. Quand bien même la junte connaît les français, mais c’est
    pour servir à quoi ? Pour faire de la stratégie ou de l’espionnage économique comme
    toutes les nations qui se respectent ?
    Que nenni !
    Le système s’est toujours employé méthodiquement à casser tous les éléments positifs
    nationaux ou à les pousser en exil. Même « ces dits décideurs entre guillemets » pillent
    l’Algérie pour aller investir le produit de leur butin de guerre en France.
    Alors que Xavier Driencourt parle d’énigme algérienne, c’est de bonne guerre, car sans
    aucun effort, la France reçoit sur un plateau toute la substance algérienne !
    Pendant que les pseudo-décideurs se tirent une balle dans le pied en massacrant l’Algérie
    et en détestant son peuple. Et tout ça, dans l’opacité la plus totale. C’est, ni plus, ni moins,
    que l’immaturité que Xavier Driencourt caresse dans le sens du poil pour les avoir pratiqué
    de longues années !
    Il n’y a pas là, de quoi être fier !