Aéroport de Heathrow à Londres : le gros mensonge d’Air Algérie pour masquer la responsabilité de ses dirigeants

0
776

Comme annoncé précédemment par Algérie Part, la compagnie nationale a été amenée à cesser, à compter du 19 juillet, ses opérations au sein de l’aéroport de Heathrow. Pour rappel, cette situation, inédite pour la compagnie qui dessert cet aéroport depuis plus d’un demi-siècle, est la conséquence directe de l’incompétence et la négligence flagrante de l’ancien DG par intérim, du Chef de Division d’exploitation (un commandant de bord retraité âgé de 70 ans), du Directeur des opérations au sol, de la Représentante générale à Londres (une ancienne hôtesse, nommée et affectée à ce poste en pleine crise sanitaire alors qu’ aucun vol n’était exploité sur cette destination).

Tous ces responsables, hérités de l’ère Bakhouche Alleche, sont en effet coupables d’avoir été incapables de conclure, malgré un préavis datant de février 2022, un contrat d’assistance permettant à la compagnie de transférer ses opérations du terminal T2 vers le T4 dans les délais requis, comme tous les transporteurs aériens concernés par ces changements (RAM, Saudia, Tunis Air, Gulf Air,…. et d’autres).

La Direction générale, a attendu le 20 juillet pour se fendre d’un communiqué mensonger  pour annoncer le transfert de deux vols seulement (du 22 et 23 juillet) vers l’aéroport de Stansted, puis un deuxième communiqué pour évoquer le reste du programme jusqu’au….31 juillet! Pour le mois d’août, les milliers de personnes qui ont déjà acheté leurs billets devront attendre qu’Air Algérie trouve une solution. En un mot, du bricolage !

Algérie Part a pu constater que Tunis Air, qui a transféré ses opérations vers Stansted, a informé ses clients que toutes les dispositions avaient été prises pour que tous les vols de et vers cet aéroport seront assurés jusqu’au 30 août, pas de bricolage au jour le jour!
Cette communication est mensongère parce qu’elle tente de dédouaner de leurs responsabilités respectives les dirigeants concernés de l’entreprise, tout en faisant croire que cette situation était imputable à l’autorité aéroportuaire de Heathrow et que l’origine du problème serait liée à la « saturation de l’aéroport », alors que ce problème, qui est certes réel, n’a jamais concerné Air Algérie qui n’opère que quatre vols hebdomadaires sur cet aéroport. En effet, nous avons pu confirmer que la limitation de capacités n’a été imposée qu’aux compagnies qui disposaient de plusieurs fréquences quotidiennes.

A Air Algérie, il a été juste demandé, comme à d’autres compagnies, de transférer ses opérations au terminal T4, ce qu’elle a, par négligence ou incompétence, été incapable de faire depuis février 2022. Ce sont les responsables de cette situation qui, profitant de la crédulité du nouveau DG, manipulent l’information pour induire en erreur les autorités et masquer leur incurie.

Le plus étonnant dans cette communication insensée est de demander aux clients d’Air Algérie de se rendre à Heathrow pour être transportés par Bus vers l’aéroport de Stansted qui est distant de plusieurs dizaines de kilomètres. Ce qui risque d’ajouter du chaos au chaos. Il aurait été plus indiqué de demander, en temps voulu, aux clients de se rendre directement au nouvel aéroport

En attendant, Mesroua l’ex-DG par intérim, se prélasse, au frais du contribuable et des travailleurs d’Air Algérie, dans une villa à Moretti (+02 voitures de service dans le garage) en rêvant à son futur poste annoncé de DG de l’agence nationale de l’aviation civile, dont il a sérieusement dégradé l’image et la notoriété avec l’affaire des PNC recherchés par Interpol et maintenus en activité et des clandestins qui ont réussi à s’introduire dans des avions de la compagnie qu’il dirigeait !

Cette propension à vouloir, couvrir, coûte que coûte, les graves dérives de gestion de certains responsables est incompréhensible, notamment de la part des services de l’Etat.