5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

57 % des entreprises algériennes ont suspendu ou annulé les recrutements à cause des conséquences de la crise économique

- Advertisement -
- Advertisement -

C’est un chiffre qui en dit long sur l’impact désastreux de la crise économique et financière paralysant actuellement l’Algérie. Au moins 57 % des entreprises algériennes ont été contraintes de suspendre et d’annuler les recrutements de nouveaux employés en raison de l’impact de la crise sur leurs activités et ce depuis le début de la crise sanitaire de 2020. La reprise économique n’est guère au rendez-vous alors que de nombreux pays à travers le monde enregistrent des hausses spectaculaires de leur croissance économique. 

Ces données sont confirmées par l’étude sur les perspectives de recrutement 2022 réalisée par eTalent, un cabinet de conseil en ressources humaines et spécialiste en recrutement, filiale du groupe Emploitic, la première plateforme dédiée à l’emploi et au recrutement en Algérie. Cette étude nous apprend des enseignements précieux sur la situation actuelle du marché de l’emploi en Algérie.  43% des entreprises interrogées dans le cadre de cette étude ont affirmé qu’ils continuent à recruter. Néanmoins, la majorité des entreprises algériennes orientent leurs efforts vers la préservation des emplois et affirment ne pas disposer de visibilité sur l’expansion de leur activité. La même étude a révélé que 41% des entreprises algériennes préfèrent geler leurs recrutements , et 16% les ont annulés tout bonnement en raison de leur mauvaise situation financière.

« Même si deux ans se sont écoulés depuis cette crise sanitaire, son impact persiste chez 57% des entreprises interrogées lors de cette étude », explique encore la même source qui revient sur les tenants et aboutissants des grosses difficultés que rencontrent actuellement les entreprises algériennes.

L’Algérie se retrouve ainsi dans une position économique très terne alors que l’économie mondiale avait entamé depuis 2021 une croissance  une croissance bien plus forte qu’anticipé en 2020. Certes, la reprise est inégale et expose les économies avancées comme les économies de marché émergentes à divers risques, mais une dynamique mondiale s’est bel et bien installée dés le deuxième trimestre de l’année 2021 grâce aux mesures de soutien extraordinaires mises en place par les pouvoirs publics et les banques centrales dans de nombreux pays développés et riches comme ceux en voie de développement qui ont aidé à éviter le pire lorsque la pandémie a frappé. Force est de constater que l’Algérie n’a pas profité de cette dynamique parce qu’elle n’a pas adopté les mesures favorables aux financements de l’économie. Et aujourd’hui, elle est confrontée à une régression alarmante qui est, de surcroît, aggravée par les conséquences sur le plan mondial de l’offensive militaire russe menée contre l’Ukraine qui a donné naissance à une guerre impliquant directement ou indirectement les plus grandes puissances de la planète.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -