5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

2020 : Les Algériens parmi les 30 premiers peuples qui ne font pas confiance à leur justice

- Advertisement -
- Advertisement -

L’année 2020 fut certainement l’une des pires années pour la justice algérienne. Procès expéditifs, verdicts arbitraires, emprisonnements successifs des activistes et militants pacifiques, harcèlements judiciaires à l’encontre des innocents et des puissants protégés ou chéris par des magistrats obéissant à des injonctions téléphoniques communiquées d’en haut, les Algériens ont découvert en 2020 que leur système judiciaire est capable de commettre les pires injustices pour exaucer les voeux des plus puissants dirigeants du régime. 

La conséquence de ces pratiques liberticides ont engendré un désaveu populaire sans aucun précédent. Preuve en est, en 2020, les Algériens ont été classés parmi les 30 premiers peuples qui ne font pas confiance à leur système judiciaire et tribunaux. Une véritable claque pour les juges algériens. L’indice de Confiance dans le système judiciaire a porté cette année sur pas moins de 167. Et l’Algérie est classée à la 137e place à l’échelle mondiale. Ce qui place les Algériens parmi les 30 premiers peuples au monde qui ne font pas du tout confiance au système judiciaire de leur pays. Ce score reflète un rejet populaire général de la justice algérienne appelée communément la « justice du téléphone » en référence à sa servilité exagérée à l’égard du pouvoir politique.

Ce classement a été dressé par les experts du prestigieux think tank britannique le Legatum Institute, un think-tank indépendant basé à Londres et financé par le fonds international d’investissement Legatum. Ce classement international a été intégré par le think tank britannique à son gros rapport intitulé le “Prosperity index report”. Ce gros classement global permet de comparer les performances relatives de chaque pays en termes de prospérité globale, qui se base sur 12 piliers tels que la santé, l’éducation et le capital social, ainsi que les 66 éléments au sein des piliers.

“L’indice de prospérité Legatum” classe ainsi 167 pays à travers le monde selon leur degré de prospérité. Mais la prospérité est définie sur la base de douze critères clés que sont la sécurité, les libertés individuelles, la gouvernance, le capital social, l’environnement de l’investissement, les conditions entrepreneuriales, l’accès au marché et la qualité des infrastructures, la qualité économique, les conditions de vie, la santé publique, l’éducation et l’environnement naturel. Malheureusement, l’Algérie se classe très mal dans chacun des douze critères déterminant le classement global.

Soulignons enfin que le Legatum Institute est une organisation internationale privée, indépendante et non partisane, dont la principale mission est de réfléchir notamment aux politiques publiques et au développement du bien-être des populations.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

5 COMMENTS

  1. Sincèrement quant on voit la tronche de celui qui est sensé représenter la justice, désolé de ne pas avoir même pas un ptit chouia de confiance . Comment parler de justice quant on emprisonne un vieux maquisard de 83 ans , un vrai pas de ceux qui se la coulaient douce aux frontières parce qu’il a émis ses opinions, donc en Algérie, malheureusement depuis 62 il n’y a jamais eu de justice.

  2. Journal low-cost à l’image des télé low-cost (BFM TV, CNEWS….)
    Recherche du Buzz…sans information.
    Tous les algériens connaissent la situation des dirigeants de leur pays….
    Vous roulez pour des revanchards qui ont perdu leurs avantages et qui veulent les retrouver…
    Vous êtes vraiment loin…..très loins de Maria Part à qui vous voulez ressembler.
    Les algériens veulent le rassemblement des forces vives de leur pays, de toutes les régions et de toute obédiences. Ils ne veulent pas de ces gens pour qui vous roulez…depuis Paris bien installé
    Honte à vous
    J’espere Que je ne serai pas censuré