7.9 C
Alger
mardi, janvier 31, 2023

18 ministres et plus d’une trentaine généraux et officiers supérieurs en prison : l’Etat algérien a perdu toute son intégrité morale et sa crédibilité

- Advertisement -
- Advertisement -

Pas moins de 18 anciens ministres et plus d’une trentaine de généraux et officiers supérieurs de l’armée algérienne dont d’anciens généraux-majors croupissent en prison. C’est du jamais vu dans le monde entier. A l’exception des pays ravagés par des guerres civiles ou des agressions étrangères meurtrières, aucun Etat dans le monde n’a subi une telle déchéance morale. Quelle crédibilité dispose encore l’Etat algérien lorsqu’on regarde que la majorité de ses anciens hauts responsables militaires et civils ont été emprisonnés comme des vulgaires délinquants ? 

Cette politique des emprisonnements successifs d’anciens hauts commis de l’Etat est en train de ruiner tout simplement l’intégrité morale de l’Algérie. Aux yeux du monde entier, l’Algérie est apparentée à une « association de malfaiteurs » qui dispose d’un Etat à son service. C’est ahurissant et intolérable à la fois. Deux anciens premiers-ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Oiyahia, des généraux-majors ayant longtemps dirigé des unités stratégiques de l’armée algérienne comme le général-major Said Bey ou l’ancien commandant de la 4e Région militaire, le général-major Abderrazak Cherif, et la liste encore longue, très longue, tous ceux qui ont occupé des fonctions stratégiques et très sensibles pendant ces 20, voire 30 dernières années au plus haut sommet du pouvoir civil ou militaire en Algérie sont… désormais en prison.

En clair, l’Etat algérien a été décapité et tous ses dirigeants sont considérés comme des « mafieux ». Les chiffres sont choquants : jusqu’à aujourd’hui 15 juillet 2021, pas moins de 18 ministres ont été placés en détention ou condamnés à de lourdes peines de prison ferme. Ces derniers 30 jours, pas moins de 3 anciens ministres ont été incarcérés avec une facilité déconcertante. Il s’agit de Tahar Khaoua, ancien ministre des Relations avec le parlement de 2015 à 2018, Hocine Necib, ancien ministre des ressources en eau de septembre 2012 à mai 2015 puis de mai 2017 à avril 2019, Aziz Berraki, ancien ministre des Ressources en Eau et de l’Environnement  du 2 janvier 2020 au 21 février 2021.

Ces trois ministres ont été incarcérés entre le 17 juin et le 14 juillet. Au sein de l’institution militaire, la situation est encore plus dramatique.  Après l’ex-secrétaire général du ministère de la Défense nationale, le fameux général-major Abdelhamid Ghriss incarcéré au cours de cette semaine après avoir été gravement accusé de corruption, c’est au tour de l’ancien directeur des industries militaires du même ministère, le général-major Rachid Chouaki d’être placé sous mandat de dépôt. Après avoir été auditionné durant des heures, il a été placé en détention provisoire très tard dans la soirée de mardi par le magistrat instructeur près le tribunal militaire de Blida, a-t-on pu apprendre auprès de plusieurs sources  concordantes.

Avec cette nouvelle incarcération, la prison militaire de Blida accueille, désormais, plus d’une trentaine de généraux et d’officiers supérieurs de premier rang ayant occupé des fonctions prestigieuses au sein du haut commandement militaire de l’ANP durant ces 30 dernières années. S’il faut comptabiliser les colonels ou les simples officiers de deuxième rang, on va se retrouver avec plus d’une centaine de militaires emprisonnés depuis 2019.

C’est une véritable hécatombe ! Les Algériens assistent ainsi depuis 2019 à ce feuilleton spectaculaire interminable des incarcérations et emprisonnements. Depuis le début de la crise politique en Algérie avec le 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika, le pays est otage de ces interminables guerres de clans. Oui des guerres de clans car aucune logique judiciaire ne peut justifier l’ampleur de ces emprisonnements. Les véritables enquêtes sur des affaires de corruption exigent des instructions et des investigations qui durent de longs mois, voire de longues années avec des commissions rogatoires à l’étranger ou des procès contradictoires pour établir des preuves irréfutables permettant ainsi de rendre des verdicts équitables.

En Algérie, il suffit qu’un haut responsable politique civil ou militaire quitte son poste pour qu’il se retrouve le lendemain sur le banc des accusés et avant même d’être jugé, il est placé en détention et renvoyer vers une cellule de prison. L’Algérie est devenu le seul pays au monde qui transfère aussi facilement, et sans se poser la moindre question sur les impacts de cette purge vengeresse, un dirigeant de son bureau d’un ministère névralgique ou du siège du commandement d’une unité militaire sensible vers… une prison infecte et puante.

Certains algériens applaudissent ces incarcérations. D’autres s’en réjouissent même et réclament davantage de purge qu’ils assimilent à une salutaire décimation d’un système. Mais en réalité, ce n’est pas le système qui est décimé, mais l’Etat algérien lui-même avec ses institutions et sa stabilité. Le système survit puisque les anciens dirigeants sont remplacés par de nouveaux dirigeants reconduisant les mêmes pratiques de mauvaise gouvernance et de totalitarisme. Mais l’Etat est en train de  s’effondrer car l’Algérie s’auto-détruit en permanence sous les yeux amusés des observateurs internationaux. Un général-major ou un ministre ou Premier-ministre en prison, ce n’est pas la personne  que l’on punit, mais c’est la fonction que l’on humilie. C’est l’appareil de l’Etat qu’on réduit à une bande mafieuse car la réalité de la gouvernance du pays est beaucoup plus complexe.

Emprisonner continuellement des généraux-majors ne permettra pas à l’Algérie de surmonter ses crises multiples. Punir des personnes n’a jamais suffi pour mettre fin à la corruption ou la mauvaise gouvernance. Se venger contre un dictateur n’a jamais éliminé la dictature elle-même. Ce sont les pratiques et les mentalités qu’il faut changer. Et non pas les personnes qu’il faut combattre. Cette erreur fatale va coûter cher à l’Algérie. Aujourd’hui, qui voudra signer un contrat, réaliser un investissement conséquent ou nouer un accord pragmatique avec un pays où n’importe quel ministre, général ou Premier-ministre peut se retrouver le lendemain en prison pour tout et n’importe quoi ? Au lieu de changer le système, les Algériens sont en train de ruiner leur Etat.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

19 COMMENTS

  1. Je suis très content ,au moins un bon débarras de cette vermine ces traîtres , qui soit disant ce sont engagés dans l’armée pour l’honneur et la patrie ors on s’aperçoit qu’ils ce sont engagés en vengeance contre le pays et le peuple, ces voyous méritent la mort et non la prison ,ils devraient être bannis de l’Algérie ainsi que leurs proches aussi , s’il y avait un ennemi qui a attaqué l’Algérie , ils auraient vendus le pays pour deux sous , ils ont mis une tenue payé par le peuple sur leurs dos et ont craché sur l’Algérie et son peuple, ces merdes que G. Salah et boutef ont laissé faire durant 20 années vont payer cher , pour une fois je remercie Tebboune et chingriha pour avoir accomplis cette mission mais je leur demande d’avoir le courage de quitter le pouvoir et de laisser le peuple choisir un dirigeant honnête.

  2. Si ces ministres et généraux n’étaient pas en prison notre Harki Semmar aurait dit exactement le contraire…A savoir qu’ils ne sont pas en prison et que c’est un scandale d’état…

    Bref avec Semmar on n’est plus à une débilité près…Il est encore plus con que je ne l’imaginais….

    P.s : pas un mot sur Tahkout son ancien mécène et parrain qui a envoyé plus de 1 milliard d’euros à l’étranger….

  3. Des pouris qui reglent leurs comptes avec des pouris . C’est comme ca que ca se passe quand il n’y a pas de balises legales pour reglementer tous . D’autres viendront et ils regleront leurs comptes avec ceux qui sont la . Ca demontre une mentalite primaire archaique et prehistorique des dirigeants . Aucune class .

  4. Zemmars à un moment où un autre tu dois arrêter la critique et uniquement les critiques.
    Ces ministres et militaires méritent ils la prison… !? Certainement oui.
    C’est une solution radicale mais c’est peut être la solution pour se débarrasser de la gouvernance d’intérêt personnel

  5. Quand nous dit pas que le Hirak ( l’original, celui de 2019) n’a pas été une réussite : le dégagisme
    Dans un premier temps c’est Gaid Salah qui a réglé ses comptes , et à sa mort, ses propres amis se sont retrouvés en prison
    Mais pas que, on a nos deux P.M. OUYAHYA et SELLAL…le frère de Boutef, les oligarques, des Walis, des responsables des domaines, des Officiers de Police, de Douanes, …
    Est-ce qu’il reste des pourris? bien sur que oui…mais qu’au sommet de l’état

  6. Un pays pour la liberation duquel se sont sacrifiés des milliers de patriotes, détourné par l’armée des DAF pour et des dirigeants véreux qui se sont érigés en un clan mafieux dilapidant sans retenue et impunément les ressources du peuple. Ainsi une Cosa nostra s’est créée, s’est arrogée d’un pouvoir sans limite, d’un état moribond, d’une armée qui a été détournée par des officiers véreux pour s’enrichir, voire meme si certains d’entre eux ne l’auraient pas trahie par la divulgation de ses secrets militaires à des pays ennemis. Tant que les memes pratiques, les memes mentalités, les mêmes responsables, les memes gestionnaires et les memes associations politiques de l’ancien système demeurent il n’y a rien à espérer et la situation de léthargie actuelle à laquelle est confrontée le pays risque d’entrainer de graves conséquences pour la sécurité et la cohésion sociale. Un président qui ne va pas à l’écoute de la population, des ministres qui ne déplacent qu en cas d’incidents, une rétention de l’information, des médias fermés aux débats contradictoires, l’opacité sur la gestion des ressources publiques, la relance économique

  7. Moi, je ne dirai pas prison, s’agissant de ministres et de généraux, c’est juste des petits règlements de comptes entre larrons en foire. Il y’a une chape de plomb qui entoure ces arrestations, car à tout moment, en fonction des rapports de force, ils s’auto-réhabilitent. D’ailleurs, on n’a encore jamais entendu quelqu’un dénoncer l’autre. Omerta totale !
    Seul le Karcher, made in Algéria, « Yetnahaw Gââ » pourra redonner « toute son intégrité morale et sa crédibilité »
    à l’Algérie.

  8. Abdou Semmar demande une chose et son contraire…comme dab
    Il critique le laisser aller et en même temps pleure quand des officiers supérieurs ou des ministres sont mis en prison
    Ces personnes devraient passer par un peloton d’exécution pour haute trahison parce qu’il s’agit bien d’une trahison.
    Mais je comprends Semmar qui voit ses protecteurs et financiers tomber un à un…

  9. Si cette affaire s’était déroulé dans une démocratie occidentale… les titres des journaux
    …serait… Règlement de compte entre clans mafieux.
    Mais comme se passe au pays de porcinet et de bourriquet… là où les mafieux arborent leurs habilles d’apparatchiks bardés de médailles faites d’alliages de boîtes de schéma … ont les surnomme
    Les généraux.
    Des généraux qui emprisonnent d’autres généraux..cela même qui était Leurs supérieurs hiérarchiques hier encore …et vous y croyez ? Pauvre de vous.

  10. En tous les cas Samar s’inquiète et s’inquiète beaucoup ,a comprendre son article il démontre un mécontentement , je dirais même une déception de sa part. En tous les cas quand un officier supérieur se présente devant le tribunal ,il n’est plus considéré comme officier , parceque la première chose on lui en lui arrache les 2 épaulettes et son képi , voilà la plus grande humiliation il est considéré comme un simple soldat. Voilà c’est la loi militaire HAD THNINE et puis KOM ESTAADE LI MAHKAMA . Et je comprends que Samar n’est pas content de voir les compagnons de sa tribue arraché un par un a leurs exaltations ,une partie de sa clique qui disparaît dont ne reste que le souvenir.

  11. Balou et Boussad les deux débiles qui disent une chose et souhaitent le contraire…. Aussi cons et hypocrites que Semmar…
    Ils savent plus quoi dire et faire tellement c’est le bazar dans leur cervelle de moineau de sangliers puants….

    Putin de merde même des ministres et des généraux en prison et ils trouvent le moyen de se plaindre et de critiquer….Sale race…Tfouuuu

    Makistes de merde Kabylistes fils de chiens !
    Fossoyeurs et voleurs de l’Algérie !

  12. Certains racistes, à la face de hyènes, n’ont de courage que derrière leurs pseudos, pour défendre leur charogne
    de cachir d’ânes ! Les Kabyles vous sont supérieurs et vous éclaterez de jalousie ya wlad el harka, zouaves de 1ère heure qui s’ignorent du royaume arabe de Napoléon III. Papoter comme des concierges et insulter sans preuves sont les seules armes dont disposent les pervers-indicateurs des bas fonds de votre espèce. Après ça, je sais que vous allez aboyer longtemps, car le seul organe encore valide chez-vous, c’est votre langue de vipère. Je ne vous répondrais plus, je vais vous laisser vous rouler dans votre venin.

  13. Haouwhaouwhaouw… aboie dès que quelqu’un touche à ses géniteurs sanguinaires.
    Et il recommence encore et encore pour que ses maîtres le caresse et lui donne une friandise
    hahahahahahahaha …. Se transforme en haowhaowhaow.
    Putain de race de chien de la casse.

  14. Il y’a des petits nazions ici, qui nous sortent leurs petites histoires de propagandes Nazi à la Gobels , peuple supérieur, race supérieur …pauvres mecs si Lala La France acceptait d’ouvrir ses archives juste sur la liste des harkis ( 260.000 supplétifs)
    mais elle a refuse, pour protéger leurs descendants
    Sinon, on a appris les faits d’armes du général Belounis, grand officier kabyle nazi qui a massacré avec sa petite armée de 3000 n’axions des milliers de civils algériens y compris kabyles
    On a aussi appris, grâce à l’enquête de Michel Rocard ( oui le futur Premier Ministre ) que des villages, déchras en Kabylie ont rasé , leurs habitants déplacés dans des camps ( comme lors de la seconde guerre mondiale) …
    Les conditions de vies étaient horribles, les mauvais traitements , la malnutrition et le manque de soins a décimé des dizaines de milliers de personnes, en majorité des enfants
    Selon le rapport ces camps ont accueillis jusqu’à 2 millions de civils …
    Mais pour revenir à Bellounis et son armée de nazillons, il prospéraient ailleurs en Algérie , dans les hauts plateaux et aux frontières du sud …car après les compagnes de ratissages des armées françaises , le front s’était déplacé vers le sud